Les t’as pas peur #2 : Les embouteillages

Et donc voici la deuxième question la plus posée ever. « Houla la, et tu as pensé aux embouteillages ? Ça ne te fait pas peur ? »

Il faut dire qu’Ici, mis à part un ou deux endroits stratégiques (qui ne sont pas sur mon trajet) il n’y a pas d’embouteillages, et la plupart du temps, si on attend le deuxième passage du feu vert pour pouvoir débouler sur le rond point, on râle, si on attend quelques minutes au panneau stop de la RN, on râle, si on attend que la mamie de devant ait enlevé le frein à main qu’elle a mis sur le plat pour avancer, on râle.

J’avoue avoir eu quelques doutes quant à ma capacité à supporter les dits embouteillages estivaux Là-bas, ChériCHéri ayant toujours la réponse facile « T’inquiète pas, on achètera des scooters », ça ne me rassurait pas. Il a une tendance au déni qui m’irrite parfois.

La dernière fois que nous sommes allés Là-bas tous les deux, c’était en décembre, et nous avons effectivement eu à faire face à un ralentissement de la circulation. C’était à Urrugne, un troupeau de mouton (dit-on comme ça?) vaquait à ses occupations sur la route.

J’oublie volontairement les embouteillages croisés sous la pluie, alors que nous allions des Landes à San Sebastian, quand, comme tous les touristes, nous jouions aux moutons, puisque dorénavant, nous aurons le choix du jour pour nos périgrinations.

Ce que j’ai tout de même compris en discutant avec des amis ce sont ces quatre règles:

  • En Aout, Biarritz tu éviteras.
  • L’hiver, des chemins alternatifs tu découvriras.
  • L’été, ces petites routes tu emprunteras.
  • Pendant les congés, sous d’autres cieux tu vacanceras.

Je n’ai pas vraiment de réponse à la question des embouteillages, juste une vague idée « on verra bien ».

Photo trouvée sur le net, impossible de mettre la main sur la mienne (une histoire de disque dur dans un carton, mais lequel?)

Publicités