Rebelle

Je n’ai jamais été quelqu’un de précoce. Mis à part, peut-être, au niveau de la lecture. Il faut dire que j’avais conscience qu’on me mentait sur le programme télé. Et des ambitions : décider de ce que la famille regarderait le soir. Ça n’a jamais fonctionné bien que j’ai appris à lire sur Télé 7 jours.

Je n’ai jamais été précoce. Il n’y a qu’à voir : je pense que j’ai été la dernière personne au monde à visionner Titanic, j’ai mis jusqu’à il y a quelques mois pour avoir Facebook, et j’ai eu un Instagram vachement plus tard que la plupart des blogueuses. Je ne suis pas sur Snapchat et n’y serai jamais, je préfère laisser un espace libre à mes enfants.

Aujourd’hui, c’est justement d’IG que je voudrais vous parler . Vous expliquer un peu, car en ce moment j’ai une recrudescence d’abonnement à mon profil et, je sens que si je ne m’explique pas, je vais aussi avoir une flopée de désabonnements dans la foulée.

Au début d’ IG, l’idée était de partager des images d’instantanés. J’ai surfé sur l’idée de partager des instants du quotidien, raconter une histoire (encore) sans mots, juste grâce à ce cadrage qui me plaisait bien, le carré. Petit à petit le système s’est corrompu. Je ne sais pas vraiment qui a fait que. Ni même pourquoi. La mise en scène, le système du beau, la lumière se sont imposés comme étant les véritables sujets des images postées. Je mentirai si je disais que je n’y ai pas succombé… mais je n’ai pas réussi (peut-être que si j’avais réussi, mon discours aujourd’hui serait différent). Je comprends parfaitement cette recherche esthétique, les poses qui sont prises, la lumière et la ligne éditoriale qui régit bon nombre de compte instagram que je suis (de follow et pas de be), mais la plupart du temps il me manque l’essentiel : l’instant, la vérité.

Alors voilà, comme dirait l’autre, je fais ma rebelle. Sur mon IG il n’y a pas de travail sur la lumière, très peu sur le cadrage, je ne trafique, ni ne retouche  plus et la plupart du temps je préfère mes images quand  « normal » s’affiche, même si parfois j’appuie sur « Reyes ». Je ne me pose pas de question à savoir si je dois poster cette image ou pas. Pas de tags non plus, à part ceux que j’ai créés et qui ne correspondent à personne d’autre, #mercipapitou par exemple, à qui d’autre pourrait-il correspondre ? Mes images sont normales et sans doute, absolument pas instagrammables pour nombre de gens.

 

ecc81toile

 

Publicités