{Etoiles filantes}

Je me suis couchée. Plus tôt que toi. Tu voulais voir la pluie d’étoiles, elles avaient envahi mes yeux et surfaient sur mes paupières. J’ai capitulé et me suis glissée avec bonheur sous la couette fraîche, l’air chaud entrait par la fenêtre laissée ouverte, la rumeur de la ville s’était tue.

Au bout de quelques minutes le ballet des lumières électriques a commencé. Escalier, palier, couloir. J’ai entendu le parquet craquer. Je t’ai imaginé avançant sur la pointe cambrée de tes pieds. Alors j’ai souri. Je me souviens parfaitement de ce sourire fait tout en gardant les yeux clos. J’aurais pu râler, pour la forme, te dire que je dormais et qu’il ne fallait pas me parler, mais je n’ai rien dit et j’ai souri. Je t’ai même écouté me dire que tu voulais voir la pluie d’étoiles filantes, et à quelle heure c’est maman ? Ton père a pris le relai. Une heure. Chut maman dort.

Tu t’es glissé contre moi et j’ai senti ton odeur mélangée à une odeur de savon que je ne reconnaissais pas, savon qui devait trôner sur le rebord de la baignoire chez mon papa où tu avais passé une semaine de cousinade. Tu as calé ta tête sous mon menton « je suis content de t’avoir retrouvée ». J’ai souri.Moi aussi. Tellement.

Ta soeur nous a rejoint chut maman dort, viens avec moi, elle a pris ta main et toujours sur la pointe des pieds vous êtes ressortis de la chambre. Au fur et à mesure de votre descente les lumières se sont éteintes sur votre passage. Couloir, palier, escalier.

Vous avez filé, mes petites étoiles.

Pic Taylor Durrer

Publicités