{Reading list}

D’ordinaire, je veux dire quand la vie est on ne peut plus normale, l’été est fait pour que je dévore les livres. Non pas que j’accumule du retard pendant l’année, mais pendant les vacances, j’en profite. Je m’installe sur le banc rempli de coussins et je lis en écoutant les grillons.

Depuis que j’ai ma liseuse, c’est pire. Elle me suit partout et je la dégaine avec la rapidité de l’éclair tout en ayant le choix. Policier, roman étranger, français, premier roman? Peu importe, je lis. Compulsivement j’achète des livres que je stocke sur la tablette.Pour plus tard.

Avant, aller chez mon libraire préféré était un enfer pour mon porte monnaie et les gens qui m’accompagnaient, dorénavant il suffit d’un doigt pour que le livre convoité arrive en seulement quelques secondes. Le bonheur intégral. Je crois que je ne saurais plus lire un livre classique : attraper un papier pour prendre une note, chercher une définition, retrouver ma page, lire sans réveiller ChériChéri, n’avoir qu’un seul livre dans mon sac et même tourner les pages. J’ai longtemps su ne pas surstocker et attendre d’avoir terminé la lecture pour en acheter un nouveau, bien que j’en ai toujours eu deux ou trois d’avance. Cette année, je n’ai pas réussi. J’ai appuyé des tas de fois sur l’icône achat, alors que je n’avais pas terminé la lecture du livre en cours et j’en ai commencé cinq sans parvenir à en terminer aucun. Plusieurs raisons à ça et la plus simple est que cet été on a kidnappé ma liseuse. Oui, cette année ma Kindle (oui, moi je dis ma, parce que c’est une liseuse. C’est mon côté féministe) est passée de mains en mains pour ma plus grande joie.

Je les ai regardé lire, me délectant de leurs réactions, attendant qu’ils lèvent un œil, attendant un sourire. Je les ai écouté me raconter. Et ? J’ai bien aimé, parce que la vie ne suffit pas.

Et vous qu’avez-vous lu cet été ?

Pic by Eli Samuelu

Publicités