{Chère Nathalie}

Je t’écris d’un endroit que tu n’imagines même pas, vu que tu arrêtes de te projeter après l’an 2000. Parce qu’en l’an 2000 tu auras 32 ans et que tu dis que c’est vieux, 32 ans.

Je ne voudrais pas commencer par te vexer, mais non, ce n’est pas vieux ! Depuis l’an 2000, vois tu, nous avons pris 16 ans. Et nous ne sommes toujours pas vieilles, sauf peut-être le matin quand on se lève, je te l’accorde.

Tu viens de tomber amoureuse et tu écris son prénom partout, c’est un truc bizarre mais tes doigts semblent animés d’une vie qui leur est propre, ça fait sourire ta mère et hausser les épaules de ton père, ça fait rager ta sœur aussi. Tu n’abandonneras jamais vraiment cette habitude et tu écriras d’autres prénoms : I, V, A et même un drôle de prénom : T. Celui-là, tu ne l’auras pas vu venir!

Pour tout te dire, je crois bien que nous sommes encore amoureuses. Du même. Parfois il te faudra prendre ton mal en patience et d’autres fois ce sera si simple que tu te demanderas pourquoi la veille tu enrageais. Rassure-toi, ça arrive à tout le monde.

Je sais que souvent tu t’es demandée à quoi ça servirait de faire les études que tu vas faire, sachant que tu sais très bien que tu n’iras jamais dans la seule ville où tu trouverais du travail. Si j’ai un petit conseil à te donner : ne change rien. Fais les, ces études. L’art t’amènera une ouverture d’esprit que peu d’autres ont dans le domaine où tu travailleras plus tard. Ce sera sans doute ta force. Je ne vais pas te cacher que tu te prendras des râteaux et que tu chercheras ta route, que tu bifurqueras parfois et reviendras penaude sur la route que tu crois être la bonne. L’avantage, c’est que tu sais faire des choix. Et des choix tu en feras. D’ailleurs le métier que tu exerces aujourd’hui à l’âge que tu as, tu ne sais même pas qu’il existe et celui que tu t’apprêtes à faire et pour lequel tu changes d’avis tous les matins (oui/non/oui/nan/si), tu ne sais même pas qu’il est possible de le faire.

Si j’ai un petit conseil à te donner je dirais ne renonce jamais à tes rêves car tu en réaliseras beaucoup. Bientôt tu vas commencer un petit carnet dans lequel tu les écriras tous. Tu vas perdre le carnet et même si tu le cherches partout tu ne le retrouveras jamais. Pourtant certains de tes rêves se sont imprimés dans tes yeux, et sans te donner l’impression de leur courir après, tu en réaliseras quelques uns. Je ne vais pas te dire lesquels ça risquerait de changer le cours des choses mais je peux te parler d’une robe blanche (oui, oui, même si tu dis crânement au garçon à côté de toi que « non, non, non, tu ne te marieras jamais ! »). Il y aura aussi le chiffre 4. Vers lequel tu finiras par aller après avoir dit que « jamais tu n’auras de Number Four ». Je pourrais te raconter quelques voyages parce que je sais très bien que tu n’aimes pas trop voyager. Tu as gagné pour les Maldives, nous n’y sommes jamais allées. Tu iras en Asie et tu en reviendras transformée. C’est souvent le cas paraît-il avec l’Asie, mais chut je ne te dis pas à quel point, je te laisse le découvrir. Je ne voudrais pas te raconter la fin d’un film avant que tu l’aies vécu. Pour te faire avancer, je vais seulement te donner quelques indices : n’oublie pas Charles et Caroline Ingalls dont les aventures te faisaient pleurer, quand tu iras voir l’océan, ne râle pas devant la mer agitée et contre le vent fort, n’oublie pas non plus les plans de l’institut de beauté que tu inventais quand tu avais 10 ans, ni tous les débuts de bouquins que écrivais, ça peut toujours servir et souviens-toi du bruit des vagues quand tu t’endormais le soir à Seignosse.

Inutile de te laisser rêver davantage, nous n’avons toujours pas vu New York (en même temps comme tu dis « voir NYC et mourir », ça m’arrange de ne pas encore y être allée), nous n’avons toujours pas de camping-car (pourtant je le travaille au corps, mais rien n’y fait et je crois qu’au fond il a raison), tu ne tutoies aucun grand de ce monde, et même Muriel Robin et Annie Grégorio avec lesquelles tu a partagé les planches ne se souviennent pas de toi. Tu n’as jamais reçu de Molière et la Castafiore n’existe pas. Tu as encore un peu de temps devant toi pour l’humanitaire et pour réaliser certains de tes rêves (soeur Emannuelle avait 60 ans quand elle commença son oeuvre. Ah! ça t’en bouche un coin!!)

Même si à 48 ans et un mois et demi tu dis que tu es trop vieille pour ça, au fond de toi, l’ado que tu es restée sait que c’est faux. Et comme le dit si bien Florence Foresti (comment, tu ne connais pas Florence Foresti?) « avoir 50 ans c’est être ado avec une carte bleue! »

Maminette est toujours là. Pas trop loin ou très très loin selon les jours. Ne compte pas elle a 102 ans et demi. Oui, et il y a de fortes chances pour qu’elle se prenne parfois pour une ado (tout au fond de son coeur). Papi que nous appellerons Papi vieux dès qu’il aura été arrière grand-père, nous a quitté il y a 14 ans maintenant ou peut-être 15. Sinon tout le monde est encore là, près de nous. Tu te souviens tu disais « Si Maminette est toujours là quand j’aurais 30 ans, j’aurais eu de la chance ! ». Et bien on peut dire que tu es une veinarde. Tu en as 16 de plus et elle est toujours là. Tu croyais que la vie serait horriiiiiible parce que tes parents avaient divorcé, mais tu verras que finalement ça ne change rien à ta vie.Tes parents sont toujours là, chacun de leur côté, heureux à leur façon, qui n’est pas la même que la tienne, mais tu as grandi et tu as appris à les aimer pour ce qu’ils sont et pas pour ce que tu voudrais qu’ils soient.

En 29 ans tu auras appris à sourire. Oui, je sais, pour toi qui te caches dès qu’un appareil photo arrive dans les parages ce n’est pas une gageure. Pour toi dont on se demande toujours pourquoi « tu tires la tronche » ce sera un vrai challenge. Mais tu verras, tu aimeras les challenges. Tu rencontreras des milliers de personnes, certaines ne feront que passer quelques instants mais te laisseront un souvenir impérissable, d’autres resteront dans ta vie et deviendront ta famille. Là tout de suite, avec ton côté entier et pas terminé malgré tout ce que tu crois, tu te dis que je te raconte n’importe quoi, mais je t’assure que les gens qui compteront vraiment, tu ne les connais pas encore. D’ailleurs pour beaucoup d’entre eux, tu ne les rencontreras jamais, la faute à un truc en peu fou qu’on appelle internet, tu verras, tu t’y mettras aussi après bien des tergiversations.

Tu voudrais un ou deux conseils ? Je n’en n’ai pas. Fais ce que tu as a à faire et surtout, surtout, ne change rien.

Je n’ai pas trouvé de photo de classe de nous à 16 ans, j’avais dû obliger maman à ne plus les acheter, alors pour te faire râler, je t’en colle une de nous à 10.

Je t’embrasse et te garde toujours une place dans mon coeur car il ne faut pas oublier ses rêves d’enfant, il arrive parfois qu’ils se réalisent.

Nathalie (48 ans et un mois et demi)

PS: J’ai préféré passer sous silence la couleur de nos cheveux actuellement. Te connaissant à 16 ans, je sais parfaitement que tu aurais crié au scandale.

PS2 : Je préfère aussi te prévenir, tu vas faire tout un tas de trucs qui seront très à la mode (tu as toujours le syndrome de suivre les tendances : Yoga, méditation et même course à pieds. Si, si, si), tu aimes les coussins et les miroirs soleil (bé oui, je sais qu’aujourd’hui tu détestes ça) et tu adores cuisiner (oui, je sais, le truc improbable)

PS3 : J’ai bien un petit conseil tout de même « arrête de te comparer aux autres, avance et puis c’est tout! »

11 réflexions au sujet de « {Chère Nathalie} »

  1. Suis d’accord avec toi, toujours garder en tête ses rêves d’enfants, d’ado et même d’amoureuse !!! Et parfois on a de sacrées surprises, inattendues, d’Asie et dans mon cas aussi de tout tout près aussi…. Et jamais je ne me serai vu la ou je suis il y a 16 ans
    Et c’est bon finalement ces années là en plus

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s