{Et puis, l’automne}

Une fois que la pluie sera passée, qu’elle aura emporté les dernières traces de l’été avec elle, qu’elle aura arraché les maillots de bains encore accrochés au petit muret et nettoyé les dernières traces des goûters sur les marches de la terrasse, tu verras comme l’automne sera belle.

Il nous faudra l’apprendre cette année. Un peu différente que les précédentes. Un peu déroutante.

Il y aura des journées où la lumière sera dorée, comme les feuilles du grand marronnier qui tapissaient le jardin, comme le sable que nous foulons. Il y aura des matins où le brouillard restera accroché aux toits et aux flèches de la cathédrale. Nous nous souviendrons comment ,là bas il nous faisait un cocon, comme si nous étions seuls au monde, perchés sur les nuages.

Il y aura des journées où nous irons marcher sur la plage ou chercher les champignons cachés au fond des bois. Il y aura celles où nous nous étonnerons du soleil si chaud encore que nous irons à la plage. Il y aura des jours où nous reprendrons nos balades et nos conversations à la virgule où nous les avions arrêtées l’automne précédent, quand tu gambadais devant nous, le nez au vent.

Il y aura cette journée où nous allumerons le premier feu. Sans petit bois ni grosse buche. Sans l’odeur de fumée non plus. Uniquement en regardant danser les flammes des treize bougies que j’ai déposées dans l’âtre. Et tous les jours où nous apprendrons le nom des oiseaux migrateurs posés en haut des pylônes.

Il y aura la nouvelle routine qui peine à se mettre en place, qui se modifie d’une semaine à l’autre. Il y aura la vue extraordinaire depuis le practice de golf, les pages tournées à la salle d’escalade. Il y aura la pluie qui résonnera fort dans la maison, et ce sentiment paisible de se sentir chanceux à être abrités, il y aura ton nez sur la vitre qui se languit déjà du soleil et tes yeux qui cherchent la lumière.

La vie m’a donné bien des occasions pour aimer l’automne, moi qui ne l’aimait pas tant et était à la peine de voir s’éloigner l’été. Je sais maintenant ce que je lui dois, deux enfants de l’automne, l’un pour commencer et l’autre pour terminer.

Pic Annie Spratt

Publicités

4 réflexions au sujet de « {Et puis, l’automne} »

    1. Il y a plein de choses qui font aimer l’automne : ramasser les châtaignes, les champignons, les coquillages ou le bois flotté, faire un bouquet de feuilles mortes, planter des bulbes au jardin pour qu’ils s’ouvrent au printemps, apprendre les vols des oiseaux migrateurs, boire entre amis au coin de la cheminée en mangeant du fromage et des fruits secs et tout un tas d’autres choses minuscules et magiques! Merci à toi d’avoir laissé une trace ici.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s