{So happy Tanh}

De ce qu’il s’est passé il y a 9 ans, je ne saurais jamais rien. Je l’ai bien compris maintenant. Ni comment étaient alignées les astres ni si le soleil était en carré avec une autre planète. Ce que je sais, c’est que tout devait être fort bien aligné, pour qu’à un moment nous arrivions à nous rencontrer.

Je n’ai pas entendu les bips du monitoring, ni ressenti la force de tes doigts enserrant les miens à la fin du  biberon, tu n’auras pas laissé de vergetures sur mon corps mais seulement quelques cicatrices de l’attente qui se sont doucement refermées. Je ne saurais rien de ce regard entre flou et vague que les bébés baladent d’un visage à l’autre, ni la couleur de tes lèvres où perlent une goutte de lait.

Il reste, dans ta si longue petite vie, des trous que je ne remplirai jamais de vérité, mais que tu combleras de tout le reste : de la douceur de ton bras que tu passes autour de ma taille quand nous partons à l’école, de tes yeux extraordinaires qui regardent toujours quelques centimètres de côté, là où des fantômes dansent peut-être, de l’amour plus fort qu’un roc de tes frères et sœurs, de tes rêves et ton rire quand tu regardes les dessins animés, de tes bisous tout doux et tes réparties incroyables, tes grandes idées de vieux sage et tes châteaux de sable, de ton goût pour les ciels d’orage, la chanson du vent et les aubes rouges.

C’est sans doute parce que tu es arrivé du côté où le jour se lève et que la journée débute chaque matin sous tes paupières.

Puisque Dieu s’est emmêlé les pinceaux, je ne sais rien de ce jour que l’on fête aujourd’hui,  qui n’est pas exactement le bon, même si nous l’avons déguisé ainsi.

Ce soir, à l’heure du coucher nous serons encore deux à nous pencher doucement vers toi pour te souhaiter une bonne nuit. Je serai là, assise près de toi essayant de me faire une place parmi tes doudous, elle sera quelque part, dans un coin de ton cœur. Toujours. Et ton père, aux pieds du lit, te sourira ou voudra te croquer les pieds. Parfois un papa, c’est fatigant. Surtout le tien, tu dis.

Happy 9 my love !

Publicités