{Les brumes de Sapa. Lolita Séchan}

Il est assez rare que je partage ici mes lectures. Peut-être parce que je trouve que dans le fait d’aimer ou ne pas aimer un livre,  il n’est pas rare qu’on se livre.

Par exemple, j’ai adoré « En attendant Bojangles ». De multiples raisons m’ont poussée à le lire, et souvent de l’ordre de l’intime.  Le conseiller ici, pourrait vous emmener à me dire que  « non,vraiment, je ne vois pas ce que tu lui trouves ». Et moi, que voulez-vous, je ne saurais pas argumenter en sa faveur. Il résonne en moi. Point. Vous dire que cet autre livre, malgré le nombre incroyable de lecteurs qui l’adorent, moi je ne l’ai pas aimé, j’ai même pensé qu’il avait été écrit pour être écrit, je ne le dirai pas non plus parce que je comprends le point de vue des gens qui l’ont aimé.

Alors une fois n’est pas coutume, je voulais vous dire « j’ai beaucoup aimé « Les brumes de Sapa » une BD de Lolita Séchan aux Editions Delcourt (moi qui ne suis pas spécialement adepte des BD). Lolita a 22 ans, elle trimballe son mal être en bandoulière. Là où tout le monde pense qu’être « la fille de »  ouvre des portes, elle voudrait juste savoir laquelle ouvrir. Lolita se cherche. Et bien souvent quand on se cherche, il faut aller voir ailleurs si on n’y est pas. Alors Lolita part, au Vietnam. Ho Chi Min d’abord, puis Hué, Hanoï et Sapa.

Au cours de ce voyage initiatique, Lolita va rencontrer sur son chemin Lo Thi Gôm, une petite fille de 12 ans issue des minorités Hmong. Ensemble elles vont tisser un lien d’amitié particulier  et Lolita ne sait ni pourquoi, ni comment cette petite fille sera toujours dans ses pensées, des pensées qui la poussernt à prendre un avion tous les ans pour la retrouver.

Les brumes de Sapa est donc l’histoire du road-trip courageux d’une jeune femme en quête d’autre chose, d’un ailleurs forcément mieux, d’authenticité, d’elle même assurément, une histoire d’amitié hors du commun entre deux jeunes filles aux préoccupations éloignées et qui résonnent pourtant  de points communs assez forts. Comme si Dieu s’était emmêlé les pinceaux. Ou les crayons de couleur plutôt, parce que Lolita décide d’en faire une bande dessinée sans avoir jamais dessiné de sa vie.

L’album se déroule pour une grande partie au Vietnam, je ne pouvais donc que l’aimer et le petit fantôme qui la suit partout m’en rappelle un, Saké, une petite fille cambodgienne qui aura toujours 10 ans,  rencontrée aux abords d’un temple d’Angkor et à qui je dois tant de mon bonheur aujourd’hui.

En tournant les pages, j’ai laissé filer quelques larmes. Un bien bel ouvrage, inspirant et qui fait du bien. Qui m’a fait du bien.

 

fullsizerender19

 

 

5 réflexions au sujet de « {Les brumes de Sapa. Lolita Séchan} »

  1. ça donne très très envie de lire cette BD , et si il est vrai qu’on se rappelera d’ un livre en fonction de ce qu’il a fait résonner en nous, rien n’empêche non plus d’apprécier une belle écriture d’un livre qu’on oubliera à peine refermé.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s