{J’ai testé pour vous : Le Régina}

Nous avions l’habitude d’inviter nos collaborateurs/trices (franchement, si je dis « salariés », je trouve toujours ça,  restrictif. Pour moi, un salarié est un employé qui effectue des tâches pour un salaire, sauf que les coiffeuses n’effectuent pas « des tâches » elles créent du plaisir, elles rendent belles, beaux et bien dans sa peau et en plus (ne me dites pas que non, dans la majeure partie des cas elles le font.) Je sais que beaucoup pensent que collaborateur est simplement un mot et une façon de cacher la réalité. Je ne le pense pas, elles sont autonomes et j’ai vraiment l’impression qu’on bosse ensemble) en convention (on les emmenait en convention) (Oui, beaucoup de digressions entre parenthèses ce matin)

Heureux moment de détente où nous leur avons fait découvrir des régates en voilier, fait faire du théâtre et du chant, s’inventer Top Chef, s’amuser dans une course au trésor dans un parc d’attractions, s’aventurer dans des sports extrêmes (tir à l’arc, accrobranche, course d’orientation, méditation (le plus extrême de tous)) et sans doute d’autres choses que j’oublie et dont je suis très fière.

Cette année nous avons repris nos bonnes habitudes. Petite équipe bel endroit : le Régina Hôtel et Spa à Biarritz.

Tout a commencé le matin même, quand j’ai dû trouver comment m’habiller. Première tenue: bof. Deuxième : re bof. Troisième (que j’adore d’habitude) absolument catastrophique ce jour là. J’ai finalement opté pour une tenue parfaite (la première), jusqu’à ce que je cherche à lui associer une paire de chaussures. Ma vie serait bien plus simple si je pouvais rester pieds-nus. Ce n’est pas que je n’ai pas beaucoup de chaussures, c’est juste que je n’ai jamais celles qui iront parfaitement avec la situation. J’ai donc opté pour mes converses roses. Sans doute feraient-elles l’affaire ai-je pensé (ce ne fut pas du goût de ChériChéri mais est-ce qu’on lui demande son avis : non).

Chaussée de mes converses comme d’autres revêtent leur cape d’invisibilité ou leur shorty de super-héros, je m’engouffrai dans le hall de l’hôtel. En vrai, j’aurais mieux fait de jouer à Mary Poppins et d’empoigner mon parapluie, le problème c’est qu’il n’allait pas avec mes converses. Je suis donc arrivée trempée dans le hall de l’Hôtel Régina : la fille qui s’était fait un brushing le matin même et qui en douze secondes top chrono ressemblait à une serpillère. Ceci expliquant pourquoi j’ai pensé que je m’étais trompée d’endroit. Rectification : que je n’étais pas adaptée à la situation. J’allais faire demi-tour, rattrapée par mon syndrome de l’usurpation qui sautillait à mes côtés, quand la jeune femme à l’accueil m’apostropha: « vous êtes attendue au premier étage, derrière les stores noirs ». J’esquissai un geste de la main pour repousser ma frange, mauvais plan, les gouttelettes de pluie  finirent de ruiner mon mascara. Un sourire suffirait.

Je fis quelques pas dans l’immense hall. J’aurais pu faire « whaow », mais en vrai, je sais me tenir, j’ai juste dit « P* »  (intérieurement). Un gigantesque salon n’attendait que les fesses fatiguées des visiteurs, mais à 8h45 du matin pas de fesses fatiguées, le lieu est désert et immense. La couleur rouge veloutée des coursives est osée mais tellement impressionnante, que mes yeux lâchèrent les fesses pour monter vers les sommets et comprendre d’où venait le bruit saugrenu qui résonnait. Il s’agissait de mon amie la pluie qui tombait sur l’immense verrière et inventait une mélodie surprenante.

Des souvenirs  de l’art déco ponctue l’ensemble, la rénovation est grandiose.

Je décidai de prendre les escaliers. Je fis des pas de fourmis avalés par la moquette épaisse, au rez-de-chaussée, les canapés noirs et crème, les orchidées (que j’ai renoncé à compter) le piano à queue et le bar scintillant me narguaient. Il allait pourtant falloir bosser.

De la salle de réunion on devinait l’océan, mais uniquement quand la pluie acceptait de s’arrêter, c’est à dire pas très longtemps. Ni très souvent d’ailleurs. Mais c’était beau quand même.img_8342

J’attendis l’heure de la pause avec impatience. A croire que je n’avais pas mangé depuis huit jours et que les jus de fruits frais, les mini croissants, la panna cotta me faisaient de l’oeil. Et bien sûr, nous avons toutes instagrammé l’endroit, et tout ce qui allait avec. Il fallait bien frimer quand même!

Le déjeuner a lui aussi été parfait. La carte est signée par un chef et les menus du midi sont tout à fait abordables (19€). Non, je ne pense pas qu’à manger. Le rétroprojecteur fonctionnait très bien, les blocs de papier monogrammés étaient très doux au toucher et le paper board, ne parlons pas du paper board ! Somptueux !

Les chambres que je n’ ai pas testées malheureusement, mais entrevues par une porte ouverte,  sont immenses, les lits semblent très inconfortables (non, je rigole c’est pour voir si vous suivez). Je n’ai pas testé le spa et j’ai seulement profité d’un jet d’eau froide sur le visage  quand je suis repartie, la faute à la pluie qui était d’une fidélité à toute épreuve.

Donc, si vous ne savez pas où dormir quand vous viendrez à Biarritz, croyez-moi, le Régina, c’est pas mal du tout!

6 réflexions au sujet de « {J’ai testé pour vous : Le Régina} »

  1. Tu me donnes envie d’aller tester l’hôtel….si je n’ai pas d’idée de cadeau pour mon mari, je lui offre une nuit d’hôtel, même à deux km de chez nous, l’effet dépaysant est assuré: on découvre un site qu’on connait d’une autre façon, avec un autre rythme, j’adore! on a déjà testé la formule à Hossegor, Saint Jean de Luz et Biarritz ( grand Hôtel pour notre mariage civil) à chaque fois j’ai été enchantée!
    J’ai déjà testé le restaurant du Regina avant la rénovation de l’hôtel, j’ai le souvenir d’une carte honnête, à un prix tout à fait abordable, mais sans grande surprise culinaire ( parce que mon mari, lui m’offre des repas dans des restaurants et là, je dois dire que dans le coin, rien ne vaut à mon gout Le Moulin d’Alotz à Arcangues).

    Aimé par 1 personne

  2. Vous êtes super avec vos collaborateurs ça donne envie de devenir coiffeuse et de collaborer avec vous, c’est vrai qu’elles nous transforment et qu’elles nous permettent de rêver que nous sommes des princesses 👸. Et vous leur donnez aussi le temps de réaliser certains rêves et d’imaginer qu’elles sont princesses ou superwoman le temps d’une convention ! Bravo !
    Bisous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s