{Sa philosophie mise à jour du lendemain matin}

J’avais pris l’habitude de noter ses phrases, parfois venues de nulle part mais qui le plus souvent tombent parfaitement à propos, pour m’en souvenir. Parce que vous savez, les souvenirs, ça va, ça vient. Je les notais là bas. Mais comme je n’y vais plus, j’ai poussé les murs ici pour leur trouver une petite place.

  1. « C’est mieux la vie quand on y voit. Toi ce serait mieux si t’entendais tout »
  2. « C’est moche ma peau quand elle est comme ça, je suis tout beige. Comme toi. » (quand il a la peau sèche) Merci Chéri
  3. Mamie vielle quand elle était petite elle a connu Napoléon ? (merci Le loup qui voulait voyager dans le temps)
  4. « Ah, j’en ai marre de ces yeux, la prochaine fois j’espère qu’ils seront mieux » !?
  5. Maman ça veut dire quoi « indigné » et « syndicat » et « grève »?
  6. Tu me racontes la première fois que t’as fait un câlin à ta maman?/ Heu je ne m’en souviens pas chéri, j’étais trop petite/ Moi je m’en souviens, j’avais 4 ans.
  7. A sa soeur, qui se prenait la tête avec une décision à prendre « écoute ton coeur et ta tête et tu sauras ». Merci Maitre Yoda!
  8. C’est dommage quand même que les grands ils savent plus courir. Regarde, toi tu sais même plus courir (je tiens à préciser que je venais de lui dire qu’il ne fallait pas courir quand on traverse la route. Mais il n’avait pas tout à fait tort.)
  9. Moi j’en ai marre que mes bras ils grandissent plus vite que moi, me dit-il en me montrant un pull aux manches devenues trop courtes.
  10. Edit du lendemain matin (le mercredi après-midi est toujours une grande source de philosophie, surtout quand on fait une tarte aux pommes)  : J’aime bien les maths, la maman de Truc elle dit que c’est parce que je suis asiatique. C’est quoi asiatique. C’est bien?
  11. Comment on va faire quand on va revenir au Vietnam je ne saurais plus parler, tu n’aurais jamais dû m’apprendre à parler français. / Comment on aurait fait alors pour se comprendre? / Bon, alors juste un peu et tu aurais dû continuer à me faire parler vietnamien/ Mais je ne sais pas parler vietnamien moi / Et bien oui, c’est bien ça le problème!/ Tu pourras toujours apprendre quand tu seras un peu plus grand…/ Bon, dans deux ans alors…
  12. Moi je suis pas comme les autres, alors les gens ils m’aiment bien (preuve s’il en fallait une que ce gosse n’a absolument rien de génétique avec moi, et c’est sans doute ce qui le rend formidable)
Publicités