{La fille qui voulait vivre sa vie}

En Adoptie, j’ai parfois connu des histoires gaies. J’en ai parfois connu des tristes.

Un jour, j’ai rencontré une fille. Elle était belle comme le jour et portait un sourire sur ses lèvres comme d’autres portent un collier à leur cou. Avec elle j’ai partagé une date d’anniversaire, un gros chat en peluche appelé Oscar, une tasse de thé dans un endroit charmant, des coïncidences folles et quelques larmes aussi. Et puis, entre nous, le silence, celui  qui guérit tout et permet de se reconstruire, s’est immiscé.

Un long silence entrecoupé de quelques mots. « Tout va bien, ne t’inquiète pas ».

Elle disait « C’est mon rêve à moi, si je veux y arriver, je le ferai seule. C’est mon choix et je veux le vivre. »

Elle disait « j’ai la force qu’il faut pour le faire » alors elle essuyait ses genoux écorchés et continuait sa route.

Parfois son nom s’invitait dans nos conversations: « tu as des nouvelles ? »

Je secouais la tête de droite à gauche. Non, je n’en avais pas. Je n’osais demander si de son côté elle en avait. Je préférais ne pas savoir, pour ne pas être celle qui ne savait pas.

La fille qui voulait vivre sa vie avançait, plus forte encore qu’hier. Comme en cavale. Le coeur au bord des lèvres, les bras ballants et le souffle coupé parfois, mais plus forte chaque matin qui se levait à sa fenêtre. Elle cheminait vers eux, ses tout petit, les yeux remplis d’étoiles. Elle les avait cueillies une à une dans le ciel d’été et connaissait la valeur de chacune d’elles. Elle leur avait donné des petits noms aux accents chantant et les invitait tour à tour à la rejoindre quand son souffle s’altérait.

La fille qui voulait vivre sa vie a connu la profondeur des trous sur le chemin. L’âpreté des larmes qui refusaient de couler.

J’ai eu de ses nouvelles. La fille qui voulait vivre sa vie est allée au bout de ses rêves et en a appris la valeur. Elle n’y est pas allée seule, elle n’était pas faite pour la solitude. Le soleil est-il fait pour la solitude ?

Elle vit sa vie et aujourd’hui, elle sait qu’il n’en n’existe pas de trop belle pour elle.

Et puis, vous savez quoi? Sa vie a maintenant le son de rires d’enfants comme bande sonore.

Publicités

17 réflexions au sujet de « {La fille qui voulait vivre sa vie} »

  1. Une bien belle histoire….qui se termine bien….mais dont on ressent toutes les difficultés qui l’ont accompagné. Je ne connais pas ce monde qu’est « l’Adoptie » mais en revanche il y a une chose que je sais c’est qu’effectivement….parfois….le silence guérit et permet de se reconstruire.

    Très belle journée à vous

    J'aime

  2. je me souviens d’avoir rencontré une femme qui vivait sa vie … le sourire aux lèvres, le nez dans le vent. Une femme qui attache chaque petites bulles de bonheur a son cœur…
    Je me souviens. Une femme toujours présente, ces petits mots qui font du bien. Ces petits mots justes. Ces petits mots qui consolent, ceux qui sont publiques et ceux qu’on échange en privé.
    je me souviens de ce jour ou j’ai rencontré oscar, de notre salon de thé préféré, du pique nique efa, des petits doigts de Than dans ma main a l’arrière d’une voiture.
    Je me souviens de ces coïncidences étonnantes, de « celle » que j’aurai préféré ne pas partager…
    je me souviens des cookies sur l ilot de sa cuisine, du train en bois pour l’anniversaire . Je me souviens de cette vie dans cette maison. Cette vie dont elle utilise chaque seconde, qu’elle grignote jusqu’à plus faim. Je me souviens de chaque article. De ce livre jaune. Des bosses sur la route. De ses clins d oeil  » méfie toi des rêves ils finissent toujours par se réaliser! »
    De ce silence que j’ai installé.
    Je me souviens d’essayer de vivre . Essayer d’y croire, compter chaque petite étoile. Je me souviens du froid quand on est seule. Je me souviens de ne pas être seule en faite. Je me souviens d’Oscar. Des messages que je voulais rassurants » tout va bien, ne t inquiètes pas. » Je me souviens que tout aller mal. Que c’était la nuit. Que tout c’est effondré. Que c’est une habitude chez moi. Je me souviens que j’ai souri. Je fais souvent ça sourire. La force de l’habitude. Je me souviens que donner des nouvelles, expliquer ce chaos me faisait mal. Trop. Je me souviens d’arrêter.

    Je ne me souviens pas comment le bonheur est revenu frapper à ma porte, comment il s’est installé doucement, tendrement ni comment j’ai décidé de vivre a nouveau.

    Mais je n’ai jamais oublié celle qui fait des mots un poème, de la vie un livre. Cette femme extraordinaire qui m’invite à vivre ma vie…

    Bonjour toi!
    😉

    Aimé par 1 personne

  3. je ne sais pas de qui tu parles, mais peu importe, c’est beau, c’est émouvant… et cela m’a fait penser à quelqu’un, une autre Mom-to-be dont je n’ai plus de nouvelles et que j’aimerais tant recontacter… mes voeux sont revenus …elle n’habite plus à l’adresse que j’avais … J’espère que ton histoire pourrait être la sienne !

    J'aime

  4. Oh ;… je viens de lire le premier commentaire … Pour moi aussi, il s’agissait d’une Delphine … SI par hasard elle passe de nouveau ici, que mon nom lui dit quelque chose, qu’elle sache que je pense souvent à elle, et aimerait tant avoir de ses nouvelles….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s