C’était quand ?

C’est quand qu’il a commencé à t’aimer ? Lui.

Je n’en sais rien.

Peut-être était-ce dans cet échange de regard ce jour là, notre premier jour ensemble. Dans ma main qui le tenait pour partir en balade ou quand ma main, encore elle,  qui lui caressait le crâne et ses cheveux courts. Est-ce le jour où je l’ai pris contre mon cœur et l’ai serré aussi fort qu’il pouvait le supporter, jusqu’à ce qu’il arrête de pleurer silencieusement ? Est ce la première fois où je l’ai grondé et où je lui ai fait comprendre que je l’aimais tellement fort que je ne le laisserai pas devenir quelqu’un dont je ne puisse être fière. Est-ce ce jour là qu’il a commencé à m’aimer ? Le premier jour où il m’a dit maman ?

Est ce le jour où il a été tellement malade qu’il a pensé que je ne resterai jamais près de lui aussi longtemps, ce jour où je lui ai murmuré que ce n’était pas grave, que j’étais là, qu’il avait le droit d’être malade. Ou bien un de ces premiers matins où il n’osait pas se lever et restait sagement assis dans son lit à regarder ce qui l’entourait, ces matins là, où il savait que je n’étais pas loin et que, pour peu qu’il bougea légèrement, j’arriverai dans la seconde.

C’est peut-être les jours où je ne sais plus, les jours où je lui fais confiance et qu’il mène la danse de son sourire bizarre qu’il apprend à gommer pour un autre, plus conventionnel dans notre monde occidental. Ou bien est-ce les jours où je sais où l’on va et que je lui dis qu’ensemble ce sera mieux.

C’est quand qu’il a commencé à m’aimer ?

La première fois qu’il m’a dit je t’aime, ou la première fois qu’il m’a demandé pourquoi nous étions allés le chercher, lui et pas un autre ?

La première fois que je suis revenue le chercher à l’école ou bien la première fois où je suis arrivée en retard  et qu’il m’attendait derrière la vitre.

Ou alors, il y a quelques semaines, quand, après l’avoir grondé pour une broutille (être resté sur les écrans alors que le timer avait sonné depuis longtemps) tout est parti en quenouille. Ce jour là, à bout de souffle il m’a dit « sors de ma chambre je ne suis pas ton enfant ». J’étais préparée à « tu n’es pas ma mère ». Sa phrase m’a donc séchée. Je l’ai pris contre moi et lui ai rappelé que quand nous nous étions rencontrés les battements de mon coeur le calmaient très vite. On a renouvelé l’opération. Il s’est calmé en une minute chrono. « Tu n’es peut-être pas mon fils mais moi, je suis ta mère, il n’y a que le coeur d’une maman qui puisse avoir cette magie là » lui ai-je dit.

Mais, il ça il le savait déjà.

Un petit retour en Adoptie, il y avait longtemps…

 

16 réflexions au sujet de « C’était quand ? »

  1. Je viens ici par le biais du Blog de Caro, et je tombe sur ça ! Waouh !! Quel beau texte, quel amour aussi. Ma « petite » à moi, arrivée chez nous il y a 17 ans alors qu’elle avait 4 mois, me les jette aussi régulièrement à la tête ces phrases assassines et définitives en claquant fort des portes. Puis quand elle revient vers moi, comme une balle de jokari sur un élastique trop tendu et me dit  » maman, j’ai besoin de toi » en me regardant avec ses immenses yeux noirs et rieurs qui détonnent dans notre famille, je sais moi aussi, dans mon cœur, que oui, la magie est toujours là. 17 ans après. Bisou à votre petit bout qui gratte dehors mais qui est tout doux dedans.

    Aimé par 1 personne

  2. Quel joli texte … chez nous, hier, c’était : « même quand je ne suis pas sage et que je te réponds mal, tu m’aimes ? » … Oh oui ma chérie, je t’aime quand tu es sage, je t’aime quand tu ne l’es pas, je t’aime quand tu ris, et je t’aime quand tu boudes, … et même quand les prémisses de l’adolescence pointent le bout de leur nez, te faisant dire des horreurs à la maman que je suis, je t’aime !

    Aimé par 1 personne

  3. Très joli texte ….
    .Ici aussi on y a droit à ces phrases qui sèchent , à ces accès de colère suite à une frustration qui font que les mots deviennent des « armes , »…….ici aussi quand elle revient vers nous c’est pour nous dire qu’elle nous aime même quand elle dit des mots méchants . ».On le sait ma puce pas de souci , nous aussi on t’aime telle que tu es ,avec tes forces et tes failles ».
    .Un jour Camille au cours d’une balade m’ a dit .. »Quand ma maman biologique m’a laissé au centre , . J’ai du être très triste, la chercher, l’attendre ,j’ai du pleurer longtemps et très fort ..mais qui m’ a consolé car toi tu n’étais pas encore là ? « . Le coeur en vrac ,les larmes aux yeux , je l’ai serrée très fort contre moi …….Avec toute l’empathie qu’on a pour nos enfants je crois que nous ne pourrons jamais imaginer le cataclysme qu’ a été une période de leur vie
    A un moment donne ,des adultes ont décidé pour eux sans qu’ils aient leur mot a dire ,alors quand ils se sentent acculés dans une situation qui leur échappe , la seule solution qu’ils aient à ce moment donné , ce sont les mots durs, blessants ..mais finalement je crois que ces mots ne nous sont pas destinés même si c’est nous qui les entendons …

    bonne journée

    caroline

    Aimé par 1 personne

    1. Ton explication est très juste Caroline tu as certainement raison. Les mots ont besoin de sortir, c’est nous qui les recevons parce que nous sommes là, et il vaut sans doute mieux qu’ils sortent. Bonne journée

      J'aime

  4. Aujourd’hui on fête Ste Estelle… Les étoiles ! Dans l’avion en rentrant des pyramides j’ai regardé Lion… J’ai pensé à cette géométrie sacrée qui place un enfant dans cette vie avec une mère et une maman. Aucun doute sur cette triangulation sacrée. J’ai pensé à la mère, à la maman et à Tahn, mais aussi à tous ses frères et sœurs lumières comme lui qui ont une mère et une sacrée maman! 👩‍👩‍👦💕💖

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s