Avant lui

Avant lui, j’étais nullipare. À quinze ans, quand je l’ai rencontré, il valait mieux me direz-vous, je peignais les garages en blanc en contournant les cartons entreposés en prévision de la boum organisée pour le rencontrer, j’embrassais des tas de garçons et je trouvais ça plutôt chouette, je voulais monter à Paris et travailler là bas. Pas lui donc je suis restée aussi. Et j’ai arrêté d’embrasser les garçons.

Avant lui, je faisais des brushings à ma petite sœur et notamment au niveau de sa frange… avec un peigne… on a dû le lui couper  à la racine pour ôter le peigne emberlificoté dans ses cheveux. Elle a pleuré pendant huit jours, ma mère en rit encore, depuis lui, je n’ai plus jamais coiffé personne.

Avant lui je levais les yeux au ciel, je soufflais dans les brancards, je donnais des coups de pieds à la lune, j’étais impatiente, incomplète, intolérante, intransigeante. Infernale en fait.

Avant lui je pensais qu’avoir le bac c’était pas mal, jusqu’au jour où il m’a dit que j’étais petite joueuse avec mon bac, vu que lui, il en avait une vingtaine de bacs (à shampooing)

Avant lui, je rêvais d’une bague à chaque doigt, depuis j’ai réduit mes ambitions et je me contente des quatre que je porte tous les jours et qui me racontent une bien belle histoire. La nôtre. Si je n’ai jamais eu droit au soleil de Floride, il s’est abrité souvent sous les tuiles de mon toit pour ne pas avoir les yeux qui pleurent de froid. Ok, il ne me chante pas de ballade, mais ça peut encore venir. J’écoute toujours autant Cabrel.

Avant lui, je disais « un jour, j’aimerais bien », il m’a appris à dire  » maintenant, on le fait! » et on l’a fait tellement de fois, que je ne les compte plus. Les fois où on l’a fait. Même quand on avait la trouille ou qu’on nous disait qu’on se trompait.

Bref, aujourd’hui c’est notre anniversaire de mariage.

On portait des tenues improbables, mais on se trouvait magnifiques et mes petits frères écrivaient sur les polaroïds.  On ne sait pas lequel de nous deux avait mis du rouge à lèvres  et j’adore la cigarette qu’il tient coincée entre ses doigts (ce que je trouve super sexy), alors que je le fais chier chaque jour pour qu’il arrête de fumer. Une petite bonne femme était nichée au creux de mon ventre, et on ne savait pas qu’elle ouvrirait la porte à ses frères et sœurs. On avait fermé les yeux sur le choix des invités et n’avions pas eu droit au chapitre pour le plan de table. On avait 21 et 22 ans, je pensais que nous resterions mariés au mieux cinq ans. « Cinq ans, ce serait déjà bien » que je lui répétais.

Ça fait plus de cinq fois cinq ans.

 

 

 

Publicités