En vrac et pas dans l’ordre #10

Un petit en vrac et pas dans l’ordre pour terminer la semaine, ça vous dit ?

Le concert : Nous sommes allés au concert de Sylvain Reverte aux Ecuries de Baroja à Anglet. Sylvain vient de même patelin que nous (Agen) et nous suivons son évolution depuis quinze ans après avoir partagé de belles aventures avec lui. J’aime beaucoup ses textes, qui sont tendres et pudiques. Si vous croisez sa route quelque part près de chez vous je vous invite à aller l’écouter. Et puis sa reprise de Christophe et celles du Manège Grimaçant m’ont enchantée.

Reverte

Le resto : Après, nous avons voulu aller dîner en amoureux, mais à 22 heures à Bayonne ce fut compliqué. Merci au Bistro’Quai de nous avoir accueilli avec sourire et générosité. Que dire du repas? Le bar en croute de noisettes était délicieux! Une adresse à conserver jalousement que je vous recommande.

L’aventure : J’ai été punie suite à mon article d’hier, je ne vois pas d’autre explication. Parce que, je suis tombée dans l’escalier. Pieds-nus. Ceci mérite vos applaudissements Mesdames et Messieurs.

La série : Je regarde le Bureau des Légendes. Oui, je sais après tout le monde, mais que voulez-vous, je suis comme ça, j’aime suivre le vent. J’adore cette série mais je ne peux m’empêcher de répéter que je préfère ma place à la leur, mon canapé est plus confortable que toutes les situations dans lesquelles ils se trouvent. (Et en plus je tombe dans l’escalier, alors je vous laisse imaginer ce qu’il pourrait m’arriver si j’étais eux). Après, il parait que je dois regarder Homeland.

Studio0_24

La nouveauté : Mister T est rentré tout seul. Une fois et pour l’instant une prochaine n’est pas programmée. Je pourrais vous dire que je ne sais pas par quel miracle un énorme van noir aux fenêtres fumées était garé devant la sortie de l’école. Je pourrais vous dire que je m’étais postée derrière le van. Je pourrais vous dire que j’ai vu arriver Mister T de loin, que je l’ai vu traverser la rue sans que lui ne me voie le moins du monde. Vous dire que je lui ai emboité le pas sans qu’il ne se doute de rien. Vous dire qu’une voiture absolument identique à la mienne est passée, qu’il a fait un signe de la main avant de tourner dans notre rue. Vous dire que j’ai fait semblant d’arriver essoufflée d’un rendez-vous. J’aurais pu vous dire qu’il était très fier de m’ouvrir la porte. Mais je ne vous le dirais pas, parce que bien sûr j’étais à un rendez-vous. « Un rendez-vous de quoi, Mam? ». Heu…

La lecture : qui n’avance pas (et qui va sans doute s’arrêter là) « Le coeur battant de nos mères » de Britt Bennett. Je ne sais pas vraiment pourquoi parce que le sujet avait tout pour me plaire. Mais au fond, je pense que c’est un livre absolument américain. Entendez, qui répond à des problématiques qui le sont. Je crois que je ne suis pas très claire. Il y a dans ce livre un truc qui me dérange. La justification qu’avorter est forcément une chose horrible, voire un meurtre et dont aucune femme ne se remet, ce qui me laisse un goût amer. Comme s’il s’agissait en fait d’un livre pamphlétaire contre l’avortement. La plume est fluide et agréable mais elle me semble mise au profit d’une propagande qui me dérange.  Si vous le lisez, j’aimerai bien avoir votre avis.

117139472_o

La sortie de l’ombre : est en cours. Un énorme merci à celles et ceux qui ont partagé ma page, ont liké mes posts, ont commenté tout au long de la semaine.  Je compte sur vous. Je sais que maintenant je ne suis pas totalement invisible même si certains s’obstinent à me le faire croire (j’ai reçu un mail en privé ^-^) (non, ce n’est pas un éditeur). Aujourd’hui, je vais aux troisièmes journées du festival littéraire «Un mundo de escritoras» (En français c’est « rencontres des écrivaines ») où Luisa Etxenike recevra  Lydie Salvayre et Evelyne de la Chenelière. (A la médiathèque de Bayonne, à 18:15.) Et ensuite j’ai été invitée par un groupe de lecture pour partager autour du dernier livre d’Amélie Nothom (que je n’ai pas lu) Samedi dernier je suis allée écouter Isabelle Alonso nous parler de « Je peux me passer de l’aube ».

laura-aziz-133168

Vous voyez, je me soigne!

Pic by Laura Aziz / Pic de couv Samuel Zeller, from Unsplach

 

 

 

 

Publicités