Cher Père Noël

Je me disais que si vous aviez un auteur parmi vos connaissances vous cherchiez peut-être des idées de cadeaux de noël. Me voilà donc de retour avec une (longue) liste pour écrivain (anonyme ou pas).

Si jamais le Père Noël passe dans le coin, il peut s’en inspirer parce qu’une chose est sûre, j’ai été très sage cette année. Je tiens à préciser que malgré les apparences, cet article n’est pas sponsorisé.

De la jolie papèterie : Dans le concept de papèterie il y a tout un tas de choses inutiles qui font plaisir à l’auteur, un le met en joie. Ça peut être du masking tape, du papier à lettres, des post-its, une gomme toute douce, des punaises. Beaucoup de marques sont intéressantes, le secteur est riche en propositions, je vous mets un lien, mais faites comme bon vous semble : ma jolie papèterie (version en ligne du shop toulousain.)

Un sac de voyage : parce que l’auteur rêve d’évasion, éventuellement il se prépare à amener ses exemplaires de livres chez des éditeurs, parce qu’il pense que mano a mano ça peut être mieux, mais il a toujours la bonne excuse de ne pas avoir de sac de voyage pour sauter le pas. Il a découvert Paul Marius en arrivant à Bayonne. Il adore le cuir qu’ils utilisent et qui laisse apparaître des marques de son histoire. L’auteur a offert à ChériChéri un sac dont le nom allait parfaitement avec le personnage. Saurez-vous le retrouver?

Des carnets : IMG_0601

Ceux qu’il entasse sur mon bureau sont des basiques Moleskine : couverture souple noire, lignés. Abordables et de bonne qualité (on peut même arracher des pages sans qu’il parte en live). Ceux qu’on lui offre sont en général des Paper Banks qu’il  n’ose pas griffonner. Il y a aussi les personnalisés chez bookblock.

Des stylos: vous pouvez opter pour un beau stylo plume, une pointe roller ou un feutre. Il y en a pour tous les goûts. À vous de choisir! L’auteur aime ceux avec des étoiles. Oui, l’auteur a une obsession pour les étoiles!

Une trousse : Très importante la trousse pour ranger tous les petits trésors de l’auteur.

Un agenda : Idéal pour marquer ses avancées, le temps qui passe (l’auteur est obsédé par le temps qui passe et les dead-lines) la quantité d’heures passées à l’écriture ou les rendez-vous multiples et variés. Un auteur a besoin d’organisation.

M3 journal: L’auteur s’est offert cette chose qu’il n’a pas encore ouverte. L’idée c’est d’en finir avec la procrastination. Le problème c’est qu’il procrastine à l’ouvrir!

IMG_0603

Des feutres, de l’aquarelle, du matériel à dessin : Un auteur griffonne et croit que ce qu’il griffonne peut être assimilé à une forme d’art. Genre, il dessine le portrait de ses personnages ou les lieux qu’ils visitent. Il lui arrive de lire entre les lignes entrecroisées pour vérifier qu’il n’ y a aucun message caché. Oui, l’auteur est parfois un peu dérangé.

IMG_0607

Du thé, du café : Un auteur a besoin de carburant. Thé ou café à volonté. Ah ! Vous préférez le chocolat, pas de souci allez-y. Une boisson chaude n’est jamais de refus par les temps qui courent. On peut également lui offrir un mug, une tasse ou un thermos.

Des bougies : Il faut noter  l’énorme importance de la bougie dans le processus de création de l’auteur. Est-ce la chaleur, la couleur ou le tremblotement de la flamme, mais si vous avez l’occasion de voir des photos de bureaux d’auteurs, vous noterez qu’il y a toujours une bougie dans un coin. À moins que ce ne soit pour alléger l’atmosphère ?

Une heure de massage : ou de Reiki, ou de tout ce que vous voudrez pour permettre aux corps de se détendre (vous savez, les douleurs dans le bas du dos ou dans les phalanges) et à l’esprit d’aller voir ailleurs si l’auteur y est. Pourvu qu’il n’y soit pas!

Une épilation complète : au laser par exemple, pour éviter à l’auteur d’être un grizzli 300 jours par an (heureusement dans la vie d’un auteur, il y a l’été)

Un week-end en résidence d’écrivain : Ah, ah, ah (message personnel)

La participation à un atelier au salon du livre Paris : Pour se rendre à cet atelier, l’auteur doit avoir obtenu quelques cadeaux préalablement cités : un agenda (pour noter l’heure du train), un M3 journal (pour arrêter de procrastiner et prendre le dit billet de train), un sac de voyage, une heure de Reiki et une paire de c* (ceci étant le plus difficile et l’auteur n’en a trouvé nulle part de disponibles)

Des écouteurs : C’est surtout pour sa famille qui en a assez qu’il écoute en boucle une  play-list « Ah non, mam, pas encore cette musique. Tu préfères pas BigFlo et Olly? mais de qui parle cet enfant?

Des livres : Le souci c’est que l’auteur lit sur Kindle. Il est donc le seul à pouvoir s’acheter des livres. Mais la lecture est obligatoire quand on écrit. Cette année l’auteur a lu 48 livres sans compter ceux qu’il a lu plusieurs fois.

un Igor ou une Diva: Il ne faut en aucun cas négliger la présence d’un animal domestique dans la vie d’un auteur. L’auteur tient d’ailleurs ici, très solennellement à remercier Igor-le-chat et Diva pour leur présence indéfectible à ses côtés, même quand ils réclamaient à manger ou à sortir pour la cent-soixante-douzième fois de la journée, et son affection pour eux même quand ils lâchaient un pet en sa présence (d’où l’importance d’autres cadeaux odorants) lors de la rédaction de son roman. L’auteur songe à acheter un billet de train au chat, histoire qu’il l’accompagne à Paris.

Un plaid: À poser sur ses genoux, parce que dans l’antre d’un écrivain sans le sou, il fait froid, le vent passe sous la porte et le chat sur les genoux ou le thé dans la main ne suffisent pas toujours.

Une lampe Muji : offerte l’année dernière par PetiteChérie, elle l’accompagne chaque jour. L’auteur a une préférence pour l’odeur de lavande. Il faut donc croire que chez un auteur ça ne sent pas la rose. Attention la réception de l’objet a été compliquée, il vaut mieux s’y prendre TRÈS à l’avance.

Un bibelot : inutile, le bibelot, car les auteurs aiment les choses inutiles. Le tout étant que les trucs inutiles racontent une histoire. Un angelot, un vieux vase à trous, des sourires dans des cadres. Tout est bon pour envahir l’espace et organiser un joyeux bazar propice à la création.

Un sweat-shirt à message : Il relève de la méthode Coué, mais il a sa petite importance dans le processus de transformation de la personne en écrivain.

mon pull

Un paquet de cacahuètes: L’auteur se jette de façon boulimique sur le paquet de cacahuètes caché dans le placard. L’auteur n’attend pas forcément l’heure de l’apéritif et c’est ainsi que le soir venu, à l’heure fatidique, ses enfants ne comprenant pas que le paquet ait disparu, l’auteur invente une histoire selon laquelle quelqu’un a boulotté les petites billes. L’auteur remet toujours la faute sur les absents (c’est connu, ils ont toujours tort). L’absent étant le Mari le plus souvent.  Et s’il n’y a pas de cacahuètes? Du chocolat noir fera l’affaire. Les tablettes Lindt 78% (attention de bien noter le pourcentage de cacao) disparaissent très vite également.

Merci de ne pas offrir de balance à l’auteur (qui, vous l’aurez compris, a déjà tout ce qui lui faut mais refuse catégoriquement toute entrée de balance sur son territoire)

Pic de couv by Caley Dimmock from Unsplasch

Autres photos: @riane Longevial

 

 

 

Publicités