Vendredi confession #11

Je lui ai dit « t’inquiète, choisis le créneau horaire et on y va ». J’aime bien être grand seigneur. Ouais, eh bien sur ce coup-là je n’ai pas été très finaude. Elle a choisi Body Jam. Quand j’ai dit à ChériChéri que mardi j’allais faire du body jam, il s’est esclaffé « tu sais ce que c’est  ? » Non que je lui ai répondu.

Non, je ne savais pas ce que c’était, jusqu’à ce que je tape « body jam « dans le moteur de recherche.

Sur la bande annonce (le truc sensé te donner envie d’y aller)(ça marche pas sur moi) (je dois être résistante à la publicité), ils prétendent que « la vie est trop courte pour de mauvais cours de danse. »

WTF! Le body jam c’est un cours de danse ?

Vous devez savoir une chose : j’ai deux pieds gauches et une incapacité chronique à coordonner ma tête et mon corps sur quelque musique que ce soit (ma mère m’avait inscrite à la danse quand j’avais six ans.) (J’ai dû y aller quatre fois, la prof a sauté de joie à mon départ)(elle me comparait sans cesse à Caroline) (ça me gonflait, Caroline était parfaite)(pas moi).

C’est de la faute à mon corps qui est tout bonnement incapable de décider tout seul s’il doit avancer le pied droit ou le gauche en même temps que le bras opposé. La plupart du temps, ma tête part en conjectures hasardeuses (est-ce que je dois compter jusqu’à trois à partir du bip ou après le bip?)(est-ce qu’il faut se déhancher?) (non, ne te demande surtout pas quelle allure tu as. Voilà, tu t’es plantée, je te l’avais bien dit). Les autres fois, ma tête ne pense qu’à ma culotte qui finit immanquablement par rentrer dans ma raie des fesses. Je dois alors faire un effort surhumain pour ne pas que mes doigts décident de la sortir de là. Y’a qu’eux qui sont capables d’agir sans que je le décide.

Ils disent que l’avantage du Body Jam c’est qu’on est tellement occupé à bouger nos fesses qu’on n’a pas le temps de se rendre compte qu’on brûle un tas de calories. Bon, je veux bien vous croire, mais comment vais-je gérer le problème de ma culotte, de mes pieds gauches et de mes oreilles qui n’entendent pas toutes les subtilités de la musique? Parce que là voyez-vous je le sens mal. Très mal.

Après, forcément, j’ai cliqué sur la vidéo. Mon rythme cardiaque s’est accéléré rien qu’à les voir bouger, des perles de sueur sont apparues sous mes aisselles, elles se sont vite transformées en torrents (peut-être que je perds déjà des calories?) À un moment donné, j’ai bien vu qu’aucun de leurs pieds ne touchaient le sol, j’ai pensé que moi, à ce moment-là, je serai vautrée par terre, parce que moi, messieurs dames, je suis une créative!

Mon cerveau s’est demandé à deux ou trois reprises quelle tenue j’allais enfiler pour y aller. Je crois qu’il a insinué que mes vieilles New Balance n’allaient pas s’en sortir indemnes et que mon pantalon de yoga n’allait pas tenir le choc. Bordel, que je lui ai dit c’est le cadet de mes soucis, demain à la même heure j’agoniserai sur le parquet de la salle.

Ils ont peut-être raison, quand ils disent que la vie est trop courte.

Edit de H-4 : Je me suis acheté des chaussures, parce que je n’avais pas envie de me péter une cheville quelques jours avant noël. Le type m’a dit « vous voulez faire quoi avec? » Je lui ai répondu « un peu de tout » en restant assez évasive. Il a attrapé une paire « fitness, course » « Vous faites pas non plus les jeux Olympiques ! » Non, mais comment il le sait d’abord!!

Edit H-3 : Je viens d’essayer de ne pas mettre de culotte. Maintenant, je vais psychoter sur le fait que ma vessie n’appréciera peut-être pas les sauts répétés.

Edit H-2: Je viens de boire mon dernier verre d’eau, histoire que ce ne soit pas trop dangereux. Sans culotte. Tout ça, tout ça…

 

 

Publicités