Dans son monde

Il dit que c’est mieux s’il fait ses devoirs à l’étude, parce que des fois, quand il me pose une question, j’ai les yeux qui divaguent et je pense à autre chose ou que des fois, pas toujours, mais des fois, je lui demande d’apprendre des trucs sur les gaulois que la maîtresse elle n’a même pas dit et dont les copains se foutent éperdument. « Mais, mon chéri, tout le monde a envie de savoir ce qu’est un oppidum ». Il retrousse son nez, plonge son oeil dans le mien : « t’es vraiment sérieuse ? » me demande t-il.

Il hausse les épaules quand j’attrape Igor-le-chat et que je lui dis « viens faire un câlin à mamie ». « N’importe quoi, c’est pas un petit enfant, c’est un chat, il n’est pas mon frère ». « Si j’étais sa mamie, ce chat serait ton neveu mon coeur ». « Ouais bé c’est quand même n’importe quoi. »

Quand il joue, il choisit parfois d’incarner Dark Vador. Il tourne autour du pot quand je rentre dans la pièce et si par malheur je m’en aperçois, il me dit en me serrant fort entre ses bras « des fois c’est mieux d’être un méchant pour de faux. »

Il trouve que je danse bizarrement, mais que c’est pas grave, personne ne peut me voir à travers les rideaux de la salle à manger.

Il dit qu’il sait très bien quand les gens lui mentent. Il leur pose des questions et, grâce à de savants recoupements, il sait. « Par exemple, Louis il dit qu’il a un légendaire mais comme il n’est qu’à l’arène 6, je sais qu’il me ment. Ce légendaire n’apparait qu’à l’arène 7.  Je lui pose des  questions précises sur le légendaire et il ne peut pas répondre. Alors il avoue ».  Moi, je ne comprends pas tout, mais ce n’est pas très grave, dit-il, on s’en fout si les mamans comprennent pas.

J’ai appris à ne pas rire ni faire éclater ma joie en cas de point marqué au golf, seul moyen qu’il a pour savoir que nous sommes là. Alors quand il réussit, j’assiste à sa petite danse de la victoire pour laquelle il mobilise admirablement son fessier. Je crois qu’en vérité, il est le fils naturel de Hugh Grant.

Il adore chanter mais il dit qu’il faut être fou pour vouloir chanter devant les gens. Ça fait trop peur. Et ça fait drôle dans le ventre et chaud sur les joues.

Il ne sera pas médecin non plus, parce que là encore, ça lui fait des guilis dans le ventre et il est sûr qu’il tomberait dans les pommes s’il devait toucher du sang.

Il prétend que toute la journée je bulle, je fais la sieste, je me repose. Que c’est pour ça que la nuit je ne dors pas.

Il ponctue ses phrases de « c’est dingue! », c’est dingue comme ses cheveux sont courts dans sa nuque, c’est dingue qu’on arrive à modifier le mot de passe de son ordinateur, c’est dingue qu’on lui dise d’arrêter tous les cahiers et de ne plus utiliser que la tablette. Moi je dis que ça, c’est vraiment dingue.

Il dit que des fois il vaut mieux se taire, parce que sinon il faudrait qu’il mente « et mentir, toi, t’aime pas, hein maman? »

Il dit que c’est pas grave s’il ne peut pas encore rentrer tout seul parce que je m’inquiète trop, même s’il aimerait vraiment « vraiment maman » être un grand. Est-ce qu’il s’inquiète lui ?

Il dit que c’est normal que sa sœur aille voir ses copines « Je comprends, oui, je comprends, elle est majeure, elle. Il n’y a plus que moi comme mineur dans cette famille, c’est pas facile. »

Il dit « On a eu une évaluation ce matin »/ « et? » / »j’ai fait des erreurs, mais t’inquiète, c’est super, comme ça j’ai encore appris des trucs. »

Il ne comprend pas pourquoi j’aime les Mon Chéri. C’est dégueu les Mon Chéri. « Mais non, Mon Chéri. »

J’aime bien regarder le monde avec ses yeux à lui, parce que dans son monde, se cachent des paroles d’une grande sagesse. Les poser ici, c’est surtout une façon de ne pas les oublier.

 

Pic une photo de l’été dernier. une photo que j’aime.

 

 

 

 

Publicités