La correction des devoirs • semaine 10

J’ai décidé de faire la correction assez vite (mais pas suffisamment pour vous la coller au petit-déjeuner) parce que ma vie entière ne suffit pas à faire 1) tout ce qu’on me demande 2) tout ce qui est obligé 3) tout ce que j’ai envie 4) et tout le reste.

J’ai toujours beaucoup aimé le printemps et cette année encore plus que les autres années, parce que la pluie, comment vous dire que je n’en peux plus ! (oui, je sais comme la plupart de tout le monde). Du coup, il me ferait presque oublier mars que je trouve toujours beaucoup trop long.Mais en fait, l’idée de printemps, c’était une fausse bonne nouvelle…

Les problèmes avec les premiers jours du printemps cette année sont cependant multiples. Il y a d’abord ma gourmandise en terme de vêtements (je suis en train de refaire ma garde robe complète)(avec des coloris inédits) (d’ici à ce que je ne mette plus rien en avril, il n’y a qu’une étoffe satinée…) (je mets même des points de suspension), il y a la couleur du ciel qui attire mon regard plus longtemps qu’à l’accoutumée de l’autre côté de la fenêtre, les oiseaux qui piaillent alors que j’ai l’impression de ne pas les avoir entendus depuis deux ans (deux ans au moins, non je ne viens pas de Marseille) et puis la température dehors. 16 degrés samedi soir à deux heures du matin! Non, mais y a plus de saison ma pauv’ dame. Ah oui, il y a aussi toutes nos sorties, qui me causent néanmoins des valises sur les joues dignes de celles qu’une star de ciné en promotion fait suivre de pays en pays.

Mis à part ces considérations :

  1. Quand vous êtes invitée chez quelqu’un que vous ne connaissez pas beaucoup, qu’amenez-vous ? J’ai amené une orchidée blanche un peu échevelée dans un joli cache-pot. J’aurais bien aimé oser les churros mais ChériChéri a préféré ajouter une bouteille de vin. Il est d’un classique!
  2. Quel générique de film vous vient spontanément en mémoire ? (je vais peut être tenter une nouvelle compil) là, au moment où je fais mes devoirs c’est « amicalement vôtre » mais ce n’est pas un film. La plupart du temps c’est « quand Isabelle dort, plus rien ne bou… ge » dans Itinéraire d’un enfant gâté mais ce n’est pas le générique. Fichtre qu’est-ce que c’est encore que cette question?
  3. A qui demanderiez-vous de faire un discours pour votre enterrement ? Je crois que j’aimerais que ce soit Xavier L. Un ami perdu de vue depuis beaucoup trop longtemps, mais qui écrit de magnifiques discours d’enterrement et ça, croyez-moi, ce n’est pas donné à tout le monde. Comment je le sais? Parce qu’il y a six ans nous avons enterré deux amis communs qui étaient ses deux meilleurs amis à trois mois d’intervalle et qu’à chaque fois ses discours étaient merveilleux. Peut-être parce qu’il s’agissait de ses meilleurs amis, me direz-vous? Ah, oui ce doit être ça. Petit rappel : je ne suis pas sa meilleure amie (du coup, il ne sait pas grand-chose de moi). Du coup, au fond de mon ordinateur il y a tout ce qu’il faut un peu à la manière de Love Actually. Mes enfants sauront trouver.
  4. De qui aimeriez-vous avoir des nouvelles ce week-end ? De plein de gens. J’aimerais bien avoir des nouvelles de mon enfance avec Dominique, Valérie, Françoise, Philippe ou Hélène. De mon adolescence avec Diane, Fabrice ou Françoise. De l’adoptie avec Sandra et Delphine. D’Eric et Kim, Christophe et Maryse, Victor et Sabine et de nos premiers pas de couples établis avec enfants.
  5. Allez-vous l’appeler ? Non, ça fait trop de gens et un retour intempestif vers le passé n’est jamais gage de bonheur (ça a un lien avec  la nostalgie qui étale sa chantilly foutraque sur mes souvenirs).

Je garde de Jodie ses churros incontestablement, de Anne-Laure son aversion au téléphone (oui, je sais), la 2 de Karine, la 3 de Marieal et Christelle A, la 1 de Peeka, la 5 de So, le sourire un peu gêné de Béa, la 3 de Cécile, la 4 de Cathsud, de Christelle A je garde aussi le cadeau à sa cousine, la 5 d’Aurore, la 3 de Corinne, la 5 de Christelle02 (je suis souvent ta soeur pour mes frères et soeurs sans les réseaux sociaux).

Et, puis j’ai bidouillé la playlist de nos films dans Les BO de nos vies

Pic by Ian Dooley from Unsplasch

 

 

 

Publicités