La couverture

Je vous ai déjà parlé du travail de ma fille ainée. Et de mon livre aussi. Vous savez, celui qui doit sortir vers la mi-mai ^-^

Quand on écrit un livre et qu’on l’auto édite (ah, oui, parce que du coup je suis restée sur mon idée initiale de l’auto édition) on n’est pas obligé de choisir sa couverture. On  a la possibilité de laisser œuvrer les graphistes. C’est pareil que pour de l’édition classique. Soit on fait faire, soit on choisit. Dans l’immédiat, vu que j’ai l’immense chance d’avoir ma fille sous la main (si je puis dire, parce que quand même, là elle est à l’étranger en Résidence de peintres (ça claque non?), j’ai choisi de choisir. Ou plutôt de vous faire choisir.

Je vous mets-là 5 propositions d’illustration de couverture pour « Parce que la vie ne suffit pas ». Celle qui obtiendra le plus de votes ici, mais aussi sur FB et sur IG sera l’heureuse élue. ON peut voter ici et ailleurs, on peut partager si on veut. Bref, on fait ce qu’on veut. Ce qui serait bien c’est que mes gentils petits sous-marins sortent du bois (des sous-marins dans le bois, on aura tout vu!) voter pour une illustration est peut-être moins compliqué que faire ses devoirs ou donner son avis. Bien entendu toutes les ambassadrices sont sollicitées, même celles qui ne se sont pas encore auto proclamées, parce que ce sont les congés et, si j’en crois mes stats, vous êtes toutes parties en vacances.

Pitch  (au cas où vous auriez loupé les épisodes précédents:  » Après avoir essayé d’écrire un roman, alors que ce qu’elle écrit le plus et le mieux ce sont des quatrièmes de couvertures, format un peu court quand on veut écrire un roman, Marie, 48 ans et quelques, décide d’arrêter d’écrire, persuadée que sa vie parfaite et néanmoins banale ne lui permet pas de le faire. Son mari lui offre un séjour en résidence d’auteurs à l’occasion de son non-anniversaire où elle accepte de se rendre, un peu comme un baroud d’honneur. Là-bas elle se trouve confrontée à tous ses démons : les stagiaires autour d’elle n’écrivent-ils pas mieux qu’elle, son histoire présente t-elle un intérêt pour quelqu’un, écrire s’apprend-il et puis à presque cinquante ans, a t-on le droit de changer de vie ? La rumeur qui court selon laquelle ils sont réunis dans un centre de désintoxication pour écrivains compulsifs ne l’aide pas davantage à mener son objectif à terme. Mais, parce que la vie ne suffit pas, heureusement qu’il reste nos rêves.

Illustration 1/5IMG_0099

Illustration 2/5

IMG_0096

Illustration 3/5

IMG_0097

Illustration 4/5

IMG_0102

Ilustration 5/5

IMG_0081

 

Et puis, merci de votre aide!

Pic de couv Sabri Tuzcu

 

Publicités