Vendredi confession #17

Je te l’accorde, je ne sais plus très bien où j’en suis entre le « vendredi confession » (qui tombe pas souvent le vendredi) et les « en vrac et pas dans l’ordre » : je crois que je mélange un peu les deux rubriques. Un jour, il faudra bien que j’arrive à faire le tri. On ne mélange pas les serviettes et les torchons!

  1. « T’as fait quoi aujourd’hui? » est la question qui m’est le plus fréquemment posée en ce moment.  À croire que tout le monde veut être sûr que je ne glande pas toute la journée, ou que je n’aille pas trouver des lauriers pour ronfler dessus. Comme si c’était mon genre. De ronfler.
  2. Je ne vois pas du tout ce qui permet à ma famille ou mes amis, d’avoir ce style de pensées à mon égard.
  3. Vers 17h30, avant que tout le monde rentre, je me secoue et je m’attaque donc à assembler toutes les pièces du puzzle de ma journée. Bien évidemment, je passe sous silence le temps passé à regarder une série, (même si je leur dis que c’est pour m’imprégner des dialogues et/ou des rebondissements, ils ne me croiront pas). J’évite aussi l’énumération des minutes que je passe à enfiler les épisodes de Chef’s table qui nourrissent mon inspiration (là non plus ils ne me croiront pas), ou celles que je passe à réfléchir, parce que « à quoi? » arriverait juste après et  je ne saurais pas y répondre. Il reste :  j’ai préparé le repas, j’ai tondu, j’ai fait les lessives, j’ai fait les devoirs avec Mister T, j’ai fait tes courriers et j’ai travaillé.
  4. « Ah, t’as travaillé, super, mais t’as fait quoi ? » : Si je leur dis que j’ai commencé un nouveau métier qui est sensé faire exister mon livre sur les réseaux sociaux, ils vont tordre le nez et croire que je ne fais rien. Je dois bien avouer que souvent j’ai l’impression de ne rien faire non plus, cette partie de mon nouveau job étant encore très obscure. Je vous ai déjà parlé de ce truc essentiel dans la vie de tout écrivain qui se respecte de se construire une image d’auteur?  Le problème c’est que cette image, il faut la construire sur les réseaux sociaux. Vu que je suis quand même d’un niveau de quichitude en réseaux sociaux assez élevé, je ne suis pas sortie de l’auberge. Donc c’est Lucas qui a pris la main de mon facebook et de mon IG! Vous dire qu’il est absolument génial ne changera pas grand-chose dans votre vie, mais dans la mienne ça change tout : j’ai un community manager (genre maintenant j’ai des amies Bookstagrameuses auxquelles je vais envoyer mon livre)( j’ai aussi beaucoup de potes sur IG)(ça c’est aussi grâce à qui-vous-savez) bref ma vie virtuelle est devenue passionnante!
  5. Construire une image d’auteur ça veut dire répondre à des questions de la plus haute importance comme : comment tu veux leur parler aux lecteurs ? Béh. Et quelle relation tu veux développer avec eux ? Béh. Tu veux leur parler avec humour, poésie, intelligence? Béh (oui, je sais, pour l’intelligence on repassera). J’ai bien envie de répondre qu’ils n’ont qu’à venir sur mon blog et ils verront bien comment je suis. Parce que moi parler, je ne sais pas trop comment faire.
  6. Quand ma famille me pose la question pour la dixième fois, je réponds « j’écris » et tout le monde me laisse tranquille. Ils respirent fort, haussent la tête et bombent le torse: « Ça a fonctionné une fois, laissons-la faire, on n’est pas à l’abri que ça fonctionne à nouveau »…
  7. Et puis, des fois, je lis (c’est pas beau, mais j’aime bien cette tournure). En ce moment je lis le dernier Musso. Son personnage dit un truc sur les baguettes magiques à 1€ 50 (des bics cristal) qui se rapproche étrangement de ce que prétend Marie mon héroïne : quand un écrivain empoigne un stylo, tout devient possible.
  8. Le problème c’est que ChériChéri m’a demandé ce que j’écrivais en ce moment. C’était dimanche soir j’avais confectionné des tartines avocat/œufs mollets, on regardait les deux derniers épisodes de la Casa de Papel en sauçant le jaune d’œuf et je ne sais pas ce qui m’a pris. Je lui ai dit la vérité. Je lui ai dit « j’écris du stand-up, je crois que j’aimerais bien ça comme challenge ».
  9. J’ai bien cru qu’il allait me dire que je faisais chier tout le monde avec mes challenges, mais il a juste secoué la tête et demandé « c’est quoi le stand up? »
  10. Petite Chérie lui a expliqué.
  11. Il a dit « tu fais chier avec tes challenges »

Pic by Mélissa Poole from Unsplash

Publicités