En vrac et pas dans l’ordre #17

Je ne me voyais pas commencer la semaine sans vous raconter quelques unes des anecdotes qui peuplent ma vie. Rien d’extraordinaire non plus, ne vous attendez pas à des trucs fantastiques, simplement de l’ordinaire pour un petit « en vrac et pas dans l’ordre » qui ne devrait pas nous faire de mal.

  1. J’ai fait des œufs mimosa : dimanche ChériChéri m’a dit en se levant « j’aimerais bien que tu nous fasses des œufs mimosas à midi. » C’était sa première phrase de la journée, il faut savoir accorder à ces phrases toute leur importance. Ne vous méprenez pas, je pense que cet homme m’aime, mais peut-être pas autant que les oeufs mimosa de ma copine Christelle (note à moi-même : ne jamais les laisser seuls ces deux-là, on ne sait jamais). J’avais déjà fait des oeufs mimosas hé ho! D’ailleurs je connais la recette par coeur : faire bouillir des oeufs, les écaler, les couper en deux, écraser les jaunes dans la mayo et replacer la pâte dans les blancs. Cependant, hier c’était de vrais oeufs mimosa. Mayo maison (au piment d’Espelette) + thon + mimosa d’oeuf et persil. Bref, on s’est régalé. Recettes à rajouter d’urgence dans mon manuel des recettes pour le garder.
  2. J’ai regardé le mariage de Harry et Meghan et j’ai même pas honte. Mais par contre je n’ai pas grand chose à vous raconter pour tenir un article. Comme tout le monde je les ai trouvés beaux, émouvants et émus. Comme tout le monde j’ai aimé la complicité des deux frères. Comme tout le monde je me suis dit que c’était dingue à quel point la famille royale avait pu évoluer depuis le temps où elle faisait chier la mère de Harry pour ses prétendues frasques.
  3. On a installé les chiliennes dans le jardin. Elles y ont même passé la nuit. La météo indique pourtant qu’il va y avoir des orages, de la pluie et du vent, mais on est des rebelles. On joue avec le temps à qui sera le plus fort (lui, c’est sûr)
  4. Je suis presque allée au Meeting de la Patrouille de France samedi après-midi. C’était à Saint-Jean-de-Luz, il faisait beau, c’était au départ une bonne idée. C’était à 18h30 on a pris la route à 17h30 fenêtres ouvertes et chansons à tue-tête. Quand on est arrivé, de nombreuses personnes en partaient. On ne s’est pas inquiétés. On s’est installés sur l’herbe de sainte Barbe. Et on a attendu. A nos côtés, les enfants jouaient dans l’herbe et faisaient des cabrioles, un monsieur testait ses nombreux appareils photos sous les yeux ébahis de PetiteChérie. On a attendu jusqu’à 18h45. Jusqu’à ce que ce monsieur regarde sur Internet et nous dise « bon, et bien ce sera pour l’année prochaine le meeting a été avancé pour raisons climatiques ». Il avait eu lieu au moment où nous prenions la route.
  5. Mon roman est entouré de belles personnes au Centre Culturel de Saint Paul les Dax. Eux qui sont tellement timides, j’espère qu’ils ont trouvé quelque chose à raconter à la jeune fille et la nuit qui rallumait les étoiles dans le labyrinthe des esprits à la lumière du petit matin lors de la disparition de Stéphanie Mailer. Comme j’en doute, j’espère qu’ils auront trouvé preneur assez vite. Pour acheter « Parce que la vie ne suffit pas » c’est toujours ici. J’aime bien l’idée qu’il y soit estampillé « fête des mères ». IMG_1454
  6. On m’a (presque) demandé en mariage. IMG_1467C’est fou le nombre de mecs qui s’abonnent à moi en ce moment alors qu’ils ont un profil privé et une ou deux photos publiées sur leur compte.
  7. J’ai écrit mes premières dédicaces. Cette information vaudrait presque un article à elle toute seule, mais pour l’instant je n’y arrive pas. Je suis encore un peu tétanisée par l’exercice.
  8. Pour celles que ça intéresse et qui ont suivi mes épiques épopées au sein du conseil de classe de Petite Chérie, elle a été acceptée dans l’école de photo de ses rêves sans passer par la phase préqualification. Qualifiée au premier tour. 360 demandes 25 places. La prof principale de PetiteChérie lui a dit « Super, ta mère va pouvoir le dire au conseil de classe », mais je n’ai jamais été moins sûre d’y assister.

Allez, à demain pour la correction des devoirs qui ont du mal avec la concurrence Pentecôtière.

Pic by Hannes Egler

Publicités