Quinqua Power* #6: De quoi tu dois te méfier à la cinquantaine

Il est maintenant temps de revenir à nos petites chroniques sur la cinquantaine. c’est pas tout ça, mais on a encore des choses à se dire.

Tu le sais  déjà, la cinquantaine n’est juste avec personne, on peut la chopper à 48 ou à 52 ans. Tu sais aussi qu’à la cinquantaine on gagne des trucs, plusieurs trucs même, on est heureuses, on change de style, et on met en place une série de commandements, des mantras en quelque sorte.

Mais il y des choses dont il faut être consciente et éventuellement se méfier. Au moins, tu pourras pas dire que personne t’en a parlé.

  1. La barre des âges : Celle que tu dois faire défiler très l o n g t e m p s  avant d’y trouver ton année de naissance pour remplir les formulaires en ligne. Ce qui est tout à fait débile : a t-on déjà vu quelqu’un né en 2018 cocher lui même la case ? Non! Je propose donc d’entamer une grève pour qu’on inverse le défilement des années.
  2. Ton mec : Lui aussi subit de plein fouet la crise de la cinquantaine. La sienne. Ton mec veut soudain s’acheter un bateau ou une moto, il a décidé d’escalader le Kilimandjaro ou de faire la traversée de la Manche à la rame, il pense qu’un élevage d’escargot ou de saumon (de l’Adour) serait un parfait investissement pour vos « vieux jours », il vient de s’acheter une crème à la rose pour avoir l’air en forme ou multiplie les sweat à capuche? Houla, ton mec, lui aussi, est en train de vivre la cinquantaine de plein fouet (que faire si mon mec fait sa crise de la cinquantaine sera le prochain épisode de Quinqua Power)
  3. Les femmes : C’est pas nouveau, mais ça continue de plus belle. Ton mec, tout le monde le trouve « canon ». Les cheveux gris le bonifient, les lunettes le rendent tellement craquant, son léger embonpoint devient tout à fait rassurant, et puis, il fait « tellement jeune » avec ses sweats à capuche et sa crème à la rose. Donc ce n’est pas le moment de relâcher l’attention face à celles qui croient que ton mec est possiblement en open bar. Le problème avec l’homme de cinquante ans c’est qu’il a fait ses preuves : il sait faire de chouettes gosses, il est plutôt patient puisqu’il est toujours avec toi, il pense à autre chose qu’à sa carrière puisque la plupart du temps elle est faite, il a essuyé des orages, il a besoin de vacances à intervalles réguliers, le plus souvent au soleil (il a besoin de soleil pour basaner sa peau). J’avoue, c’est tentant.
  4. Les mecs plus âgés : Oui, je sais, c’est flatteur parce qu’ils n’arrêtent pas de te sourire, de te faire les yeux doux, et tu te sens toute frétillante. C’est reposant parce que tu te dis que du coup, celui-là ne te quittera pas pour une plus jeune (mais ça, en vrai, t’es pas à l’abri et tu le sais parfaitement). Moi, je te le dis, c’est pas parce que t’as 50 ans que t’es obligée de faire ce que ta grand-mère appelait la norme. Enfin, Maminette surtout, qui disait « un homme doit avoir un ou deux ans de plus que toi minimum et dix centimètres de plus »: les hommes plus jeunes que toi, c’est pas mal et s’ils sont plus petits, on s’en fout.
  5. Les cabines d’essayage : Je ne sais pas comment, un jour, un type a décidé d’inventer une moyen d’aller sur la lune et qu’aucun n’a jamais imaginé une cabine d’essayage à l’intérieur de laquelle sa femme n’aurait pas l’impression d’avoir de la cellulite partout, des jambes qui ressemblent à la peau du poulet du Gers, mauvaise mine et le cheveu raplapla.
  6. Ton hyper sensibilité : Avec la nostalgie aux avants-postes et tes hormones qui jouent au yoyo elles te font chialer devant les infos, les pubs et n’importe quel navet qui sait parfaitement jouer sur la code sensible. Bilan tu ressembles (au mieux) à un panda (au pire) à Sylvester Stallone dans Rocky.
  7. Par collatéralité il faut donc te méfier : des chansons des années 80 à 90, de certains films (la liste est longue je te laisse la faire)…
  8. Les poils : Les poils et moi, c’est une très longue histoire. Quand j’étais jeune on m’a bassiné en me disant qu’il ne fallait pas raser (parce qu’ils seront encore plus durs et noirs = en vrai, c’était pas possible) et « tu verras, qu’on m’a dit, petit à petit, ils vont disparaître! »  = M E N S O N G E. Je hais toutes les esthéticiennes qui me l’ont fait croire. Parce que avec le truc de l’œstrogène qui baisse et bien, bonne nouvelle, les poils s’en donnent à cœur joie. F* poils de M*
  9. Le blues de l’anniversaire : Il peut te frapper plusieurs fois par an. Avant t’avais peut-être le blues uniquement le jour de ton anniversaire. Tu restais à la maison, voire sous la couette. Et bien maintenant t’as le blues aussi le jour de l’anniversaire de tes enfants. Pourquoi ? Parce que tu te souviens parfaitement de ce que tu faisais à l’âge qu’ils sont en train de fêter et qu’en plus, ils ne sont plus avec toi pour le fêter. (Et qu’ils s’en foutent royalement).
  10. Le mythe de l’éternelle jeunesse : Il faut vraiment te méfier de lui. D’abord parce que tu peux dépenser un fric fou en crème à la bave d’escargot, sérum au sang de souris, piqûres miracle et repassage express, mais à un moment donné (à men’donné comme on dit par ici) il faut choisir entre être une vielle jeune ou une jeune vielle (vous avez 4 heures)
  11. Le passé : récemment j’ai entendu un truc à son sujet que j’ai beaucoup aimé « si le passé a quelque chose à te dire, ne t’arrête pas, ce n’est rien de nouveau ».

Et vous, de quoi vous méfiez-vous ?

Pic by Jodie Walton from Unsplash

Publicités