C’est moi qui l’ai pas fait

J’aurais bien aimé naître avec deux jolies mains droites, des idées plein la tête, ce pouvoir incroyable de transformer le rien en un truc super joli une fois posé sur la commode de l’entrée, mais ce n’est pas le cas. Du coup, il n’y a pas de commode dans l’entrée.

J’aurais bien aimé faire des gâteaux à étage, de ceux qui fleurissent sur internet, des soufflés au Grand-Marnier, des crêpes Suzette, mais je fais attention à ma ligne du coup je suis super forte en salade de fruits (jolie, jolie, jolie).

J’aurais bien aimé être violoncelliste soliste, porter un longue robe fluide et des escarpins rouges, taper le tempo avec la pointe de mes pieds, mais un jour, j’ai eu mal aux épaules et j’ai posé mon violoncelle contre le mur de la chambre.

J’aurais bien aimé remplacer au pied levé une grande actrice (n’importe laquelle fera l’affaire) mais je n’ai pas eu le courage de monter à Paris quand il aurait fallu. C’est drôle, on me l’a rappelé samedi,  ça m’a fait des guilis dans le ventre et vous savez, il y a cette histoire de hasard qui n’en est pas.

J’aurais bien aimé  descendre en rappel une corde en or et dire que je l’adore mais je crois bien qu’il me manque quelques centimètres au niveau des jambes.

J’aurais bien aimé rencontrer Mère Thérésa, faire des pâtes (vous ai-je déjà dit que je savais faire un nombre de recettes de pâtes incalculable?) à Barack Obama ou être la meilleure pote de sa femme, j’aurais bien aimé porter un tutu rose et faire des pointes sur le parquet de l’opéra Garnier, j’aurais bien aimé connaître le nom des arbres ou celui des nuages, reconnaitre les cris des animaux dans la nuit ou le chant des oiseaux au petit matin.

J’aurais bien aimé rester zen, savoir prendre le recul nécessaire, méditer pour faire passer, mais je rue dans les brancards, je crie, je peste et j’enrage. J’aurais bien aimé me contenter de. Ne plus attendre que. Ne pas avoir de rêves d’avance, ne pas chercher à le réaliser, me satisfaire du réel, que ce nouveau projet reste de l’ordre du fantasme quand je ferme mes yeux.

J’aurais bien aimé faire mieux, faire plus. Mais j’ai fait et c’est déjà pas mal.

Une fois n’est pas coutume la Pic est made by me, une photo prise dans le hall de l’hôtel Hanoï à Begur, un petit bijou d’Hôtel.

Publicités