En vrac et pas dans l’ordre# 18

Ne croyez surtout pas que je ne sais pas quoi raconter. Non, pas du tout, mais entre tout ce dont je vous rebats les oreilles, tout ce que vous savez déjà et tout ce dont vous vous foutez éperdument, il faut bien que je trouve quelques petites choses.

  1. En ce moment je fais des bilans. De vie, ça vous le savez, mais surtout de santé. Ne croyez surtout pas que  mon âge y soit pour quelque chose, non, non, non, pas du tout, ce sont mes gosses qui ont décidé de bouger le curseur genre « mam, si tu le fais pas pour toi, vas-y pour nous ». À la réflexion, mon âge y est peut-être pour quelque chose. Bref. Donc, je suis allée chez le radiologue pour une écho. Premier round je me fais engueuler parce que je viens un peu tard  (il faut venir dès qu’on a mal, il parait) (mais, si je faisais ça, je serais toujours fourrée ici, je lui dis) (cette phrase, je ne suis pas sûre…). Deuxième round : je me refais engueuler parce que je n’ai rien. D’ordinaire je ne dis rien, mais là, impossible de me taire, déjà que j’étais en posture délicate, il allait pas me faire chier le mec. En m’en allant je lui ai dit « vous pensez que la prochaine fois je peux demander à avoir un radiologue plus bienveillant? » et je suis partie. Troisième round, j’en parle au médecin qui m’a prescrit l’écho et il me dit « Ah, vous êtes tombée sur Machintruc! » Il regarde le compte rendu et rajoute « Bingo ».
  2. C’est con, qu’on puisse pas choisir son radiologue.
  3. C’est quand même chouette d’être inconnue dans une ville. Avant je me serais tue. J’aurais baissé les yeux, j’aurais pensé que c’était de ma faute, j’aurais bien pensé que le mec était un con, mais comme j’aurais pu le croiser le dimanche matin au marché, sa femme aurait pu être une cliente, ou la prof d’un de mes gosses, alors j’aurais rien dit. Ici, je ne suis même pas sûre de le reconnaître.
  4. Il est vrai qu’avant, j’aurais surtout demandé à passer avec ma copine.
  5. C’est dingue ces quelques jeunes médecins qui n’ont pas encore compris le truc d’être bienveillant avec le patient à qui ils font subir une double peine.
  6. Je crois que la presbytie me guette. Le spectre des lunettes sur le bout de mon nez n’est plus qu’à quelques centimètres de moi (il est vrai qu’avec la presbytie comme tu as les bras qui rallongent ça fait tout de suite un peu plus loin 😉
  7. Je porte au poignet gauche des bracelets en fil. Je les ai tous accrochés en faisant un vœu. Le plus récent, celui avec une plume, est tombé il y a quelques jours. Le plus vieux remonte à trois ans. Il semblerait que sa rupture ne soit plus qu’une question de jours. Il ne tient qu’à un fil.
  8. J’ai tenu ma première interview pour un journal au sujet de « Parce que la vie ne suffit pas » (je vais vous en faire tout un article, parce que ça m’a bien fait rire, mais je ne suis pas sûre que le journaliste ne modifie pas un peu ce que j’ai raconté. Il m’a dit « vous êtes sûre de vouloir dire ça? » )(bé oui, je ne vois pas ce qui cloche)
  9. Des dates de dédicaces sont prévues. En fait les libraires me « harcèlent » pour que j’en fasse mais je dois bien avouer que je freine des deux pieds et de toutes les mains que j’ai de disponibles, parce que j’ai un peu peur d’attendre, seule une demi-journée entière, d’hypothétiques lectrices/teurs. J’aime pas trop la solitude, faut croire.
  10. Je reçois des photos de partout, des petits mots adorables. J’en reçois de gens que je ne sais pas qui c’est, et c’est vraiment émouvant. Je ne sais pas si je dois continuer à les poster sur IG ou FB parce que je crains de vous lasser. Et puis il y aussi le truc, de quand j’étais petite, quand on disait « Hé ho, arrête de te faire croire » (nous on disait ça, aujourd’hui on dit arrête de te vanter ?
  11. Tu seras un homme mon fils
  12. Et puis, j’ai regardé les Molières. Jusque tard dans la nuit. Parce qu’il y avait des gens que je connais et que j’aime qui étaient nominés. Bon autant vous dire tout de suite: ils n’ont rien gagné, par contre moi j’ai bien ri. J’ai toujours trouvé que « l’envie d’aimer » était une chanson parfaite pour inciter à l’amour (apparemment il n’y a pas que moi)

Pic by Jason Rosewell

Publicités