En vrac et pas dans l’ordre

Il est à nouveau temps pour un billet du club des feignasses (Tribute Gavin’s Clemente Ruiz), temps de dresser l’inventaire de toutes ces petites choses capitales qui font que la vie est chouette.

La chaine MUSEUM (136) Petite Chérie m’a fait découvrir cette chaine, consacrée à l’art (sur Canal, chez moi c’est la 136). Depuis nous découvrons, outre les clins d’œil sur les évènements marquants de l’actualité, la série inédite « Smartest Phone Photographer », qui fait concourir des photographes pour des images réalisées avec  leur téléphone un regard de l’art sur le monde de l’industrie, des docs inédits comme «Veilhan a Venezia», des photographes, des musées, des artistes, et nous prenons même des cours de dessins ^-^ ou de BD.

La pluie (quand même) qui fait que mon jardin est magnifique (n’ayons pas peur des mots). D’ailleurs le matin et le soir ChériChéri ne cesse de me répéter « il est beau le jardin » (vous ai-je déjà dit qu’il pouvait être en boucle?) La pluie et son obsédante fidélité. Pas un jour où elle ne tombe pas. Le matin ou le soir, la nuit ou à midi.

Les retrouvailles avec mon amie Nathalie, toutes douces, toutes simples ou comment se retrouver après avoir toutes les deux changé de vie et renouer la conversation à l’endroit même où nous l’avions arrêté la dernière fois (il y a six ans tout de même). Je pense que c’est ça aussi l’amitié. On ne fait pas partie de la même bande, on ne passe pas nos week-ends ensemble ni nos vacances ni rien du tout, mais elle sait que si elle a besoin de moi, un jour, n’importe quand, je serai là.

Un brin de morale de Mister T, à qui j’expliquais que je n’irais pas à la piscine ce soir parce que mon acolyte avait de nombreux rendez-vous, m’a expliqué d’un ton très docte qu’il fallait que je m’habitue à aller au sport seule, parce que c’est important d’être courageux. Merci Mister T pour ces belles paroles.

Les jolis retours bien sûr, certainement proportionnels aux moments de doute qui m’engloutissent pour ce deuxième mois.

L’idée que la vie est changeante, mouvante, versatile. En ce moment nous sommes confrontés (sans que ça change la nôtre) à ces moments fulgurants où le ciel s’ouvre et le sol s’effondre (ou inversement), je m’interroge toujours autant sur ces minutes-là. Je les cherche. Je veux les attraper pour les épingler sur une plaque de liège. Celles, quand tout bascule.

Valérie Perrin: Ma nouvelle découverte littéraire et mon coup de coeur le plus récent. J’ai commencé par « Changer l’eau des fleurs » et terminé par « Les oubliés du dimanche ». J’ai adoré le deuxième qui est son premier mais dégusté son deuxième qui est le premier. Bref, allez-y, dans l’ordre que vous préférez. Pas de souci. Vous passerez un très bon moment. Souvent on me demande dans quelle catégorie d’auteurs je me classe sans que je puisse répondre. Il y a ceux que j’adore, ceux dont j’envie l’écriture, ceux qui me terrassent, il y a ceux dont je ferme le livre sans me souvenir bien longtemps de l’histoire. Alors voilà, pour mon deuxième, je voudrais bien lui ressembler.

Vous : et votre bienveillance ce week-end. Vos questions. Vos attentions. La générosité dont vous avez fait preuve en m’offrant des questions alors qu’en fait, il n’était question que de flemme. Et d’un exercice de plus. Belle journée à toutes! Rendez-vous demain, pour une surprise.

pic by Marvin Ronsdorff

 

 

 

 

 

 

Publicités