Quinqua Power #13 : Et le sexe alors ?

Pour parvenir à écrire cet article, j’en ai lu de nombreux autres dans des magazines tout à fait crédibles en la matière (Glamour, Elle, Femme Actuelle et Gala). Voici ce qu’il est ressorti de mes investigations: il parait qu’à partir de 50 ans, on assiste à une baisse graduelle de l’importance du sexe dans la vie. Que, biologiquement, on peut poursuivre nos activités sexuelles, mais qu’on le fait généralement avec moins de fréquence.

ATTENTION : Ne pas laisser la lecture de cet article accessible aux plus jeunes (NDLR: mes enfants par exemple, ces petits anges qui croient à juste titre que leur maman est une princesse (si, si, si). NDLR 2 maman, es-tu sûre de vouloir lire cet article ?)

Vous comprendrez que je n’étais pas du tout d’accord avec cette idée, peut-être parce que je n’ai pas encore 50 ans, va savoir. Alors j’ai fouillé davantage et interrogé des experts (le boucher, mon facteur et la voisine).

Voici ce que j’ai pu découvrir : le sexe est toujours présent dans la vie des quinquas (ça c’est la bonne nouvelle) et grâce à notre expertise en ce qui concerne notre corps et ses zones érogènes, on parvient assez facilement à se satisfaire (deuxième bonne nouvelle), on n’attend plus de l’Autre de grimper aux rideaux (en plus, avec notre dos fatigué on risquerait le tour de reins). Pour le sexe, c’est comme pour tout, c’est à toi de jouer, il faut te bouger (mauvaise nouvelle, on ne peut pas remettre la faute sur l’Autre)

Le problème, ce sont les migraines, le sommeil, la libido, la paresse et l’habitude.

En ce qui concerne les migraines, je conseille une visite annuelle chez l’ophtalmo (ça peut aider), le port de lunettes de vue et/ou de soleil ou un massage du crâne chez le coiffeur (le problème, c’est qu’il faut être raccord avec le rendez-vous, toi, ton portefeuille et ton mec, c’est pas si simple). Pour le sommeil  qui te tombe dessus à 21 heures, il faut faire quoi ? Si t’es crevé à 21 h fais l’amour à 15. Il n’est écrit nulle part qu’il faut faire l’amour la nuit, il n’y a pas que les relations adultérines qui se complaisent du soleil. En revanche, si tu es coincé sur le fait de coïter à la nuit tombée, fais la sieste, je ne vois que cette solution. Le problème de la libido se règle assez facilement grâce à notre écran géant personnel qui se déroule sans bande annonce préliminaire et avec une belle ponctualité (avec en guest star qui tu veux, du moment que tu le gardes pour toi), de l’amour et des fantasmes (dans l’ordre que tu  veux) et des mots. Ils ont un pouvoir extraordinaire et c’est comme au scrabble, certains comptent triple. Il est plus compliqué en revanche de combattre la paresse et l’habitude, mais je te livre un scoop : c’est là que se niche la priorité absolue, il va te falloir faire preuve d’inventivité, d’imagination, bref, revoir tes bases.

Ton mec ne s’enflamme pas aussi rapidement qu’avant ? Ce n’est pas de ta faute : sa propre libido lui joue des tours, parce que comme le dit Camille Chamoux dans Larguées « à partir de 50 ans, c’est l’empire des sens dans un monde de demi-molles ». Le problème des mecs c’est qu’ils sont souvent plus flemmards que nous et envisagent à cette baisse de performance l’alternative de la jeunesse. Donc, à moins que tu aies envie de changer de partenaire toi aussi, c’est à toi de jouer!

Il y a une autre grande chance à avoir 50 ans (mais tu n’es pas concernée si tu habites une grande ville, la faute aux universités et autres grandes écoles, si tu as eu un petit dernier ou si tu es l’heureuse maman d’un Tanguy. Tu n’es concernée qu’une semaine sur deux si tu t’es amourachée d’un mec plus jeune qui a ses gosses en garde alternée) : il n’y a plus d’enfant sous ton toit. Et ? Et ça change pas mal de choses. Tu te fous du bruit que tu peux faire (et ça, ça n’a pas de prix, parce que depuis tes 16 ans tu fais gaffe au bruit) et accessoirement tu peux te (re)trimballer à poil chez toi (avec les petits c’était faisable avec avec des ados beaucoup moins). Tu peux également réinvestir toutes les pièces de la maison. Je tiens néanmoins à souligner l’importance à ne pas négliger le bien-être de nos genoux. Ils ont notre âge et n’apprécient que moyennement les sols trop durs de type béton ciré qui nous a coûté une blinde, jonc de mer qui faisait un si bel effet ou parquet Versailles (en plus on voit toutes les miettes glissées entre les lames). Ceux choisis avec amour, comme la moquette en pure laine vierge d’Écosse dans la chambre ne sont pas mieux (ne pas oublier que sur la durée, les frictions sur les genoux peuvent devenir douloureuses).

Maintenant que les enfants ne sont plus là, tu peux utiliser tous les exhausteurs de libido (encore elle) que tu veux. Inutile de tout planquer post coïtum (ça attendra demain, aucun enfant ne viendra te dire qu’il a été réveillé par l’orage en fixant des yeux un ustensile étrange « c’est quoi ça maman? » question à laquelle ton mec répondra « le jouet de maman » ). En revanche il est bon de signaler que certaines positions ne sont plus possibles que dans le noir complet (rapport au quinqua power #5), ou éventuellement après un cours de yoga ou de Body Balance (histoire d’assouplir les corps). Ne pas négliger non plus le petit verre qui va bien et peut désinhiber l’esprit tout en déliant les corps (ou inversement).

(L’abus d’alcool est dangereux pour la santé)

Pic By Mike Dorner from Unsplash

 

 

 

Publicités