Le jour où je n’ai plus eu peur

Avant, j’avais peur de beaucoup de choses : des sirènes qui hurlaient alors que j’étais sagement assise à mon bureau dans la classe de CM2 de Mr Garrigues par exemple, parce que j’étais persuadée que quelqu’un de ma famille avait eu un accident, des camions qui passaient devant le portail, de rencontrer des gens inconnus, parce que que le problème des gens inconnus, c’est qu’on ne les connait pas (Marie dans Parce que la vie ne suffit pas).

J’avais peur de parler aux médecins, ces êtres étranges qui une fois vêtus de leur blouse blanche prononcent des mots incompréhensibles pour le commun des mortels, en jouant avec leur stylo bic et qui ne se rendent pas compte que le dit stylo a fait des marques sur la poche. De faire la position du chien tête en bas dans une salle de yoga bondée. De ne pas reconnaitre les gens à la descente du train (Genre une fois je devais aller récupérer mon beau-frère et j’ai psychoté tout le trajet en me disant que je n’allais jamais le reconnaitre. Je ne l’avais pas vu depuis deux mois et le connaissais depuis quinze ans. Je l’ai reconnu, j’en aurais presque dansé sur le quai) ou à l’aéroport. De conduire seule. De conduire la nuit. De conduire une autre voiture que la mienne (j’ai peut-être un problème à ce niveau là). De donner mon avis, persuadée que j’étais, qu’il n’avait aucun intérêt pour le commun des mortels, parce que mon avis était changeant.

Je me suis dit qu’en vieillissant les choses finiraient par s’arranger. Malheureusement pour moi, j’ai eu des enfants et j’ai commencé à avoir peur pour eux. Une fois devenus grands à leur tour, les sirènes se sont mises à les concerner.

Récemment, une amie m’a dit « toi, t’as peur de rien ». Je suis tombée de haut, parce que j’ai l’impression d’avoir peur de tout plutôt que de rien. Elle m’a dit « mais n’importe quoi, t’es chiante » Alors j’ai essayé d’énumérer les réactions récentes qui tendraient à prouver que je n’ai plus peur. Et ? J’en ai trouvé.

  1. Je n’entends plus les sirènes, rapport à mes oreilles semi sourdes, donc elles ne m’inquiètent plus, mais est-ce à dire que c’est une avancée ?
  2. J’ose donner mon avis, même si cela peut avoir des dommages collatéraux pour Petite Chérie.
  3. Je suis allée en Adoptie.
  4. J’ai changé de vie.
  5. J’ai osé dire au radiologue  qui m’avait engueulé parce que j’allais le voir trop tard (par rapport au symptôme énoncé) puis qui m’a engueulé à la sortie parce que je n’avais rien, s’il était bi polaire ou si j’avais droit à un traitement de faveur.
  6. J’ai publié un livre. (oui, je sais, vous savez), mais c’est quand même une preuve non?
  7. Je me suis inscrite à la salle de sports
  8. Et je fais le chien tête en bas.

Mon amie a peut-être raison en définitive, et vous, de quoi n’avez-vous plus peur ?

Pic by Daniel Straub

 

Publicités