Quinqua Power #17 : À la machine

Je suis de l’avis d’Alain Souchon, à 50 ans, il faut tout passer à la machine pour ne garder que le joli, le doux, ce qui nous a construit et nous fait grandir.

Évacuer les mauvais souvenirs : « faites bouillir  » Tu sais, les souvenirs que quand tu y penses ça te fiche une boule bizarre dans la gorge, de celles qui ressemblent à celle qui t’étreignait la veille de la rentrée scolaire. Ceux qui te font manquer un temps de respiration et te forcent à l’apnée. Je pourrais sans aucun doute t’en raconter quelques-uns de ces souvenirs pas top, même certains dont je ne suis pas vraiment fière, mais j’ai commencé le travail d’évacuation et ils se sont enfuis quand j’ai retiré la bonde du lavabo. Allez, Exit les mauvais souvenirs. Cela demande un peu d’entrainement, mais ça en vaut la chandelle.

Ne garder que les jolis instants : et les faire briller avec un chiffon doux. C’est un peu con à dire comme ça, mais ce sont eux qui te donneront le courage d’aller plus loin, d’oser à nouveau et peut-être aussi de te relever.

Mettre les expériences en bocal : et inscrire joliment sur une étiquette confectionnée maison la date, l’objectif et le degré de réussite ou de non réussite. Juste pour ne pas les oublier et ne pas se retrouver devant le même mur dans dix ans. Ou moins.

Utiliser l’eau de Javel « est-ce qu’on peut ravoir à l’eau de javel  » pour nettoyer la poubelle personnelle qu’on a tous en nous et dans laquelle on stocke des informations qui n’ont aucun intérêt, et rafraichir notre page d’accueil (personnelle).

S’exercer à l’oubli : « Pour voir si les couleurs d’origine, peuvent revenir ». Oui, je sais oublier fait peur quand on sait que cela peut être une maladie chez certains, mais je crois que ça peut être une bonne solution pour se réinventer.

Mais dis-donc la Quinqua, elle se prendrait pas pour un bouquin de développement personnel?

Votez : Oui / Non

Pic by Bianca Jordan on Unsplash

Publicités