{Les gens}

Nous nous suivions sur IG. Je ne sais pas qui a trouvé l’autre. Cela n’a sans doute aucune importance de le savoir. Par contre ce que je sais, c’est qu’elle est à l’initiative de notre rencontre. Comme souvent. Comme toujours, je serai tentée de dire, j’attends des autres le premier pas.

Nous portons le même prénom et nos maris aussi. Enfin, eux ils portent le leur qui est le même à une lettre près.

Elle était assise sur la banquette du café quand je suis rentrée. Pour tout vous dire j’étais en train de checker son IG pour être sûre de ne pas la louper. Elle a levé la main et agité ses doigts. Sûr que sinon, je l’aurais loupée. Sur mon téléphone s’affichait une photo d’elle avec les cheveux longs et des lunettes de vue, une veste en pied de poule. Elle a un marteau dans sa main.

Ce jour-là pas de lunettes de vue, elle portait une adorable robe fleurie avec un passe poil doré et aucun maquillage, elle avait simplement mis de l’ordre dans ses tâches de rousseur. Elle avait ramassé ses cheveux blonds au bas de sa nuque. Je me suis dit « tiens, elle les a coupés » (déformation ex professionnelle). Une mèche rebelle l’agaçait au niveau de son oreille. Inlassablement elle l’a remise derrière après l’avoir entourée autour de son index. Je ne pourrais dire de quelle couleur étaient ses yeux . Il y avait du vert et puis du bleu mais je ne sais pas dans quel ordre ni dans quelle proportion. Elle était rayonnante.

« C’est drôle, c’est la première fois que je fais ça ». Pas moi, je lui ai répondu. Certaines de mes meilleures amies d’aujourd’hui ont d’ailleurs été rencontrées par le biais des réseaux, alors quand quelqu’un me dit qu’il/elle ne pourrait jamais rencontrer quelqu’un sur un site de rencontre, souvent je fais la moue.

Elle a lancé la conversation : ses enfants, l’école, les miens et la leur, les déménagements successifs et le travail. Les maisons, d’avant et celles de maintenant. Et la vie aussi. Sa voix était douce et chaude. Ses yeux se sont embués, mes lèvres se sont étirées. J’ai un peu plus de bouteille. Deux ans pour tout dire alors qu’elle n’en est qu’à trois mois. Mais il ne faudrait pas que je crois qu’elle est malheureuse « ça fait plusieurs années qu’on y pensait. Voilà, on l’a fait. Moi ça va, mais c’est les enfants. » J’ai rassuré et raconté à mon tour. Elle a bu son café serré, j’ai mis deux sticks de sucre en poudre dans mon thé vert à la menthe. Elle a joué avec la cuillère à dessert, j’ai fait une petite boule avec le papier du sucre. Trois quarts d’heure sont passés et puis elle a regardé sa montre. Il était l’heure de nous séparer.

Sur le trottoir elle a dit :Tu vas vers où ? Vers la droite et toi. Tout droit. À une prochaine fois ? Oui, à une prochaine fois.

Pic by Laura Thonne on unsplash

Une petite série sur les gens que je rencontre.Voilà, ça ne peut pas faire de mal.

Et puis, vous avez vu, un post par jour : ce fut une semaine prolifique!

Publicités