Vendredi Confession #19

Je pense qu’une explication s’impose. En effet beaucoup de petits nouveaux sont arrivés sur cette page récemment et j’ai bien peur de les perdre un peu. Je compte sur les anciens pour éclairer le chemin si le besoin s’en faisait sentir.

Vendredi Confession, définition : Catégorie qui, malgré le nom qu’elle porte ne parait pas nécessairement un vendredi. Catégorie fourre-tout où sont rangées tout un tas de pensées qui tournent essentiellement autour de Me, myself and I.

La Masterclass : J’ai bien vite vu qu’il allait être compliqué d’en tirer quoi que ce soit. Sous chaque exercice il y a plus de 1000 commentaires et les textes sont de tout niveau. Les auteurs se commentent les uns-les autres mais cela se résume le plus souvent à « j’aime ou j’aime pas », ce qui pour faire évoluer une façon de travailler est un peu succinct.

J’ai vaillamment produit un exercice par semaine (le lundi) : pourquoi écrire (la flamme et le carburant), se mettre dans la peau de quelqu’un que l’on pourrait détester (développer son empathie, la part de l’autre), la recette de cuisine (transformer une recette en texte littéraire), et enfin l’émotion.

Et puis, samedi matin, j’ai découvert que mon premier texte (sur « pourquoi écrire ») faisait partie de la sélection des 10 exercices corrigés par E.E.S. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il a lui même repéré le texte, non, je ne suis pas aussi mégalo que ça (pas encore, tout du moins) mais je dois avouer que j’étais contente. Je me suis calée dans mon fauteuil pour lire et relire ce qu’il en disait. Je me suis gargarisée du début qu’il a trouvé bon et bien transmis et ait été déçue de la fin qu’il a trouvé trop rapide. Pour tout dire, je le savais aussi. J’ai donc retravaillé le texte pour transmettre au mieux ce que j’entendais par « écrire c’est partager et écrire c’est aimer » et l’ai reposté. Peut-être aurais-je une nouvelle réponse.

La journée dédicace : Je vous avais prévenu que j’allais vous bassiner rapidement avec ça. Parce que j’ai un peu peur de me retrouver toute seule à ma petite table en marquèterie avec mes piles de livres, parce que j’ai un peu peur de ne pas être à la hauteur et de ne pas savoir quoi dire aux gens qui viendront, ne pas savoir quoi écrire non plus ou pire, j’ai peur de faire des ratures (rêve récurrent en ce moment). La journée dédicace aura lieu le samedi 27 octobre 2018 à la librairie Martin-Delbert à Agen.

Si vous n’avez rien à faire, venez, si vous passez par là, venez. Oui, il fera peut-être beau, vous auriez préféré aller vous balader le nez au vent, mais, en venant, vous aurez droit à ma gratitude éternelle. Et puis, on se serrera dans les bras, on parlera de littérature, d’écriture, de quinqua power ou de tout ce que vous voudrez bien partager avec moi. On pourra parler d’adoption (il y aura Vent fort, mère agitée) ou d’enfants. Il y aura des nounours en chocolat, des paillettes et des free-hugs. Promis, je vais apprendre à dessiner pour rivaliser avec Olivier Liron et Baptiste Beaulieu. Et, je me tâte, je vais peut-être aussi apprendre à faire des claquettes, venir avec ma licorne ou faire une exhibition de pole dance.

La photo : En prévision de cette journée il a fallu faire des photos. Ma photographe en herbe n’était pas très sûre de vouloir les faire. Je lui ai (très légèrement) forcé la main et dimanche matin elle m’a shootée en pull vert, pull bleu marine, pull noir et chemisier blanc. Je riais ou pas. J’étais de face ou de profil, on a même essayé le mauvais (il était vraiment mauvais). De face je ne voyais que la veine qui coupe mon front en deux et qui, même si Julia Roberts a la même, me déplait au plus haut point. Je ne sais pas comment on fait, un jour pour s’habituer à sa tête en photo. Je ne sais pas. J’ai choisi la 2 après avoir demandé l’avis de tout le monde et n’en avoir fait qu’à ma tête (ici, la 2 n’est pas la 2, mais vous pouvez voter pour votre préférée)(mais il se peut que je ne change pas d’avis)

Les commentaires : Récemment j’ai eu une discussion avec des auteurs. En gros, ils prétendaient que si tu attends des gens de ton entourage immédiat qu’ils mettent des commentaires ou te fassent de la pub sur les réseaux, il y a de grandes chances que tu te fâchent avec chacun d’entre eux. J’ai trouvé ça très sage, hautement philosophique même. Alors merci à vous, oui toi, et toi aussi là, et même toi qui te caches, d’avoir posté les derniers commentaires sur Librinova. Sachez qu’ils ont été lus (on me l’a assuré dimanche) Peut-être qu’un jour je serai banckable (et alors, ce sera grâce à vous)

Pic by Rawpixel

 

 

 

Publicités