7 ans de nous

Le 14 décembre 2011, nous t’avons laissé à l’orphelinat. Que de questions me suis-je posé sur la route qui nous ramenait à Hanoï. Surtout une, en fait, allais-tu comprendre que nous nous retrouverions le lendemain pour toute la vie ? Nous fêtons notre anniversaire aujourd’hui, le 15/12, date à partir de laquelle nous avons enfamillé. Date à partir de laquelle nous ne nous sommes plus quittés.

Ce texte a d’abord été pubié le 15/12/12 sur le blog Dans les yeux de Tanh et fait partie de ma sélection pour mes dix ans de blog.

Ton absence dans la grande salle d’apparat. Ton attente, encore, alors que d’autres étaient réunis. Ton attente encore et nos doutes revenus. Et puis tes joues rouges à ton arrivée. Tes mains chaudes. Tes cheveux ras laissaient perler la sueur à la lisière. Ton odeur. Ton bonnet de grosse laine verte. Tes chaussures en 26 alors que tu chaussais du 23. Ton gilet jaune Béaba en 1 an alors que tu en avais 4. Ton non de la tête quand j’ai voulu te prendre. Co Ha et sa veste fushia qui ne te lâchait pas. Qui ne me regardait pas, certaine que j’allais m’évaporer si je n’existais pas vraiment. Ses deux bras entourant ton petit corps. Les regards inquiets de tes frères et sœurs. Le sourire crispé de ton papa. Et mon cœur qui résonnait. Les lumières blanches de la télévision. Tes yeux qui ne la supportaient pas. Les caméras cherchant à fixer les émotions. Un gecko sur le chambranle de la porte. Les lettres dorées sur fond rouge. Les places que nous ne pouvions choisir. Le protocole. Mon collier jaune et noir. Ton inquiétude. Notre insistance. Ton petit poids sur mes genoux. Les bulles sorties de mon sac. Encore. Et ton sourire. Enfin. Claire et le sien, rassurant. Ton petit sac à dos Cars rempli des voitures que nous y avions glissées. Nos signatures sur de nombreux feuillets. La chaleur de leurs sourires juste derrière moi. Tes regards de l’un à l’autre. Nos discours devant les caméras. Les paroles que Co Ha t’a glissées à l’oreille. Son souhait de recevoir des photos. Et l’idée qu’elle nous disait autre chose aussi. La certitude. Elle sait. Nos premières photos. Les garçons ensemble. Le taxi que nous avons pris. Ta position allongée sur les trois grands serrés sur la banquette arrière. Notre retour à l’hôtel. Comme si tu connaissais déjà l’endroit. L’immense sapin décoré dans le hall. L’ascenseur. Notre décision de manger tous ensemble les Vietnamians noodles. Ton appétit. Ton premier coca avec nous. Mais pas le premier de ta vie. L’assiette entière avalée. Nos questions. Depuis quand n’avais tu pas mangé à ta faim ? Avais tu déjà mangé à ta faim ? Ta dextérité avec les baguettes. Notre peu d’appétit à nous qui préférions te fixer à nous brûler les yeux. Les tiens qui dansaient d’un côté et de l’autre. Et puis l’après midi. Notre découverte réciproque. Le décalage horaire qui nous laissait pantois. Ta vivacité. Les bras de tes frère et sœurs auxquels tu t’agrippais. Le sac à dos rempli de tout ce qui te plaisait. Au cas où. Nos premiers jeux. Les voitures étalées de part et d’autre du salon. Les sirènes dont tu imitais le bruit à la perfection. Ton premier bain. Les hurlements. Ton incompréhension. Les chansons. A nouveau un repas. A nouveau un ogre à notre table. Rapide comme l’éclair avec ses baguettes. Le premier endormissement. Tes pleurs. Encore. Mes bras pour te câliner et ma voix à ton oreille pour te calmer. Ma voix qui n’a pas tremblé. Ton nez enfoui dans mon cou et mon odeur qui semblait t’apaiser. Lentement ton lâcher prise. Ton premier sommeil. Tes premiers rêves dans ta vie avec nous.

C’était il y a un an. 1 an que je suis ta maman et que tu as un papa. Un an que tu as pris ta place au sein de la fratrie, à coups de câlins et de cris aussi. Il fallait bien ça pour remplir l’espace laissé vacant par ton attente. Hier ton papa et moi t’avons accompagné à l’école (pour la première fois ensemble la maîtresse n’en revenait pas d’ailleurs…) et sommes venus t’y chercher à midi. Hier à table, alors que nous étions tous les trois, tu nous as dit :

« Moi ze suis content zai mon maman et mon papa. Maman elle est venue me serser  Vietnam. C’est bien.

NDLR: Claire était la responsable des adoptions à l’Ambassade de France

Publicités

9 commentaires sur “7 ans de nous

  1. Bel anniversaire de famille et quelle émotion de relire ce texte qui me plonge dans mes propres souvenirs avec des points communs, des différences et quelques points flous. 10 ans pour nous c’est ça aussi le temps qui passe oublier un peu pour mieux se souvenir de certaines émotions !

    Aimé par 1 personne

  2. C’est beau. C’est émouvant.
    C’est fou, dès le lendemain de la rencontre, vous êtes partis avec lui ? Bon, je sais bien qu’avant ça c’est bien bien long, mais ça aussi me semble presque violent, radical en tout cas… même pas une petite plage d’acclimatation ?
    Fêtez-vous cet anniversaire aussi ?

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, c’est vrai que c’est très violent, mais avec le recul je sais que les enfants sont préparés à cette séparation et que pour que la « greffe » prenne correctement, il n’y a pas d’autre solution que celle-là: Ils ne doivent pas rester « le cul entre deux chaises » trop longtemps. Oui bien sûr que nous fêtons ce jour-là : champagne pour les grands, coca pour les plus jeunes, bougies sur le gateau et petit cadeau symbolique. ❤

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s