De l’art de faire durer un couple #9 et #10 et #11

J’espère que vous n’attendiez pas la suite des leçons avec trop d’impatience, parce que je les avais tout simplement oubliées dans un coin de mon ordinateur. À l’occasion de la Saint Valentin (que ChériChéri et moi ne fêtons pas) (ça me surprend toujours que des gens fêtent la Saint Valentin) (j’ai des amis qui sont très tristes quand ils sont seuls le soir du 14 février) (ce soir je serai avec mes copines du club lecture…), je me suis dit que c’était peut-être une bonne idée de publier un post sur l’art de faire durer un couple. Et pour l’occasion, je vous mets trois leçons d’un coup (et vous pouvez fêter la saint Valentin sans aucun problème).

  1. S’occuper de l’autre

Oui. Je sais. Sachant qu’un homme est toujours beaucoup plus malade qu’une femme, je ne vous apprends rien. Peut-être cette leçon s’adresse t-elle d’ailleurs à nos hommes uniquement ? Pour nous (les filles), il s’agit de s’occuper de l’autre même s’il en fait des caisses (et au bout de longues années, ce n’est pas toujours facile)

Je ne sais pas chez vous, mais chez moi, ses problèmes sont toujours beaucoup plus importants que les miens. Je ne sais pas où ça se loge. Enfin, si je le sais… Quand j’en ai (des problèmes) il faut : que je sois un peu plus zen, que j’arrête de ressasser, un peu de positivisme ne me ferait pas de mal, « fais attention tu vieillis mal, il faudrait pas que tu deviennes aigrie! » Moi, il faut que je sois patiente, que je me calme et puis « ça finit toujours par s’arranger, alors hein! » Et lui ? « Non, mais tu te rends pas compte là de ce que je te dis, ce problème il est d’un niveau autrement plus important que le plus important des tiens ». Ah. Bien sûr. Et là, tu n’es pas aigri ?

Quand je lui donne mon épaule pour s’épancher, il n’est pas rare que je retrouve mes dix doigts en train de taper sur un clavier pour répondre à ses 172 mails en souffrance (non, mais comment peut-on avoir 172 mails en attente ?) (quand j’en ai trois non lus en même temps, je m’inquiète de savoir depuis combien de temps je ne suis pas allée checker mes mails). Et puis 172 mails, c’est pas très grave non plus. Hein?

  1. Faire des compromis

 Je vous vois venir. Vous pensez que j’ai abdiqué ? Renoncé ? Non, non, non, je ne crois pas. Je veux simplement la paix. C’est elle qui est non négociable!

Faire des compromis ce n’est pas changer d’avis ni renoncer à ses principes. Faire des compromis c’est négocier et définir un ordre de priorité des choses : est-ce que ça vaut vraiment le coup de se battre pour le programme télé du soir ? On est d’accord.

Mieux : si on accepte de regarder le foot (ou de le laisser le regarder), il sera bien obligé de nous laisser regarder notre série préférée la prochaine fois, non ? Le compromis, on vous dit. (Bon, chez moi ça ne fonctionne pas, il ne regarde jamais le foot et la plupart du temps il s’endort devant la télé).

 11. Fermer les yeux sur les détails qui fâchent

Liste non exhaustive de détails qui fâchent (valable dans les deux sens) : chaussettes qui trainent, vaisselle de la veille dans l’évier, soutien-gorge sur la table, poils de barbe dans le fond du lavabo, rognures d’ongles en goguette, chips écrasées sur le sol après le match de foot d’hier soir ou la série télévisée adorée, repas non préparé parce que là, pfiou, chemise non repassée parce que là c’était son tour de repasser. Le voir s’endormir devant la télé. Face à ses détails, le plus souvent, je fais la sourde oreille,je suis très douée pour ça, à vous de choisir le sens que vous préférez mettre en sourdine.

Pic by Jesse Goll on unsplash

 

 

Publicités

10 commentaires sur “De l’art de faire durer un couple #9 et #10 et #11

  1. Ah la on rentre dans le dur au quotidien ! : faire des compromis et fermer les yeux sur les détails qui fâchent. Mais avec une bonne dose de patience et d’empathie on y arrive. Merci pour ces rappels finalement bien plus utiles qu’un bouquet de fleurs pour cette St Valentin

    Aimé par 2 personnes

  2. Nous on a fêté la St Félix( c’est plus original ) dans un hôtel 4*de notre ville ! grand lit king size , le SPA pour nous tout seuls et verre de bienvenue au bar trés chicos ! Puis super resto qu on zieutait depuis longtemps …ce genre de parenthése permet de s’occuper de l’autre et adoucit les compromis .Je suis d’accord avec toi la paix n’est pas négociable !

    Aimé par 2 personnes

  3. chez nous, on fête la St Valentin, mais plus comme une fête de la famille, à 4. Cette année, petite exception, les enfants en vacances chez Mamie Papy, donc j’ai eu droit aux fleurs-resto-bijoux. Le côté exceptionnel était agréable, surtout qu’il n’avait rien d’un rite obligatoire, juste l’occasion … mais ça arrive aussi, juste comme ça, sans date précise parfois.
    fermer les yeux sur les détails du quotidien, comme toi, je fais, il fait, sans aucun doute aussi… nous n’avons pas les mêmes priorités, les mêmes échelles de valeur, s’occuper de l’autre, oh oui, même s’il donne l’impression de devoir acheter une clinique quand il est souffrant, … oui, aussi, ;-), mais bizarrement, quand c’est sérieux, vraiment malade, il se plaint moins que pour un rhume !!

    Je valide tes conseils à 200 % !

    Aimé par 1 personne

  4. Tout est tellement vrai et juste! Fermer les yeux est sans doute pour moi le plus difficile , ce qui m’aide en cela, c’est :
    1. Fermer les yeux sur mes propres ratés .
    2. Me mettre cinq minutes à sa place et me demander sur combien de détails à la journée je devrais fermer les yeux ( et les oreilles!) . Ça me calme Direct 😂. – oui , je suis une fille invivable-

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s