Brèves de comptoir

– Comment tu vas ?

-Je vais bien ne t’en fais pas. C’est un peu la réponse que je donne à tout le monde en ce moment. Et je crois qu’à force de le dire, je finis par aller bien. Faire semblant d’être bien peut te rendre bien. Non ? C’est à peu près le truc de Prévert  » il faudrait essayer d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple ».

-Tu fais quoi en ce moment ?

-En ce moment je prépare mon prochain roman.

-Mais, t’avais pas dit que tu l’avais terminé ?

– Ah, ce n’est pas le même! J’ai terminé un livre depuis deux gros mois. Il est parti rejoindre les bêta lecteurs qui en ont fait la demande ( je ne force personne à lire ma prose), puis je l’ai retravaillé en fonction des retours (jusqu’à atteindre 3 versions). Il est ensuite parti vers une correctrice free-lance professionnelle pour qu’elle me donne son avis. Celui-ci n’est pas seulement une correction, il est aussi, et c’est là que je l’attendais, une relecture lui permettant de me donner des axes de correction, de muscler un passage, décomplexifier un autre, me dire quand ça coince. Bon, il parait que ça ne coinçait nulle part et à part un passage à décomplexifier, il en valait le coup. Le coup de quoi, ça, je ne sais pas. C’est ainsi que la 4ème version a pris corps, version que personne n’a lue. Maintenant il attend, sur un coin de mon bureau de savoir à quelle sauce il va être mangé. À la croque au sel je pense, comme les premiers radis de la fin du mois de mars.

-Et donc, tu fais quoi ?

-Donc , je prépare le prochain. En fait c’est la seule solution que j’ai trouvée pour ne pas tourner en rond et me poser mille questions. Me remettre en scène le plus vite possible pour ne pas tirer de plans sur la comète, chercher des prénoms, trouver des enchainements et je crois que ça marche à peu près. Ça marchouille quoi.

-Et donc ?

-Donc, je lis énormément. La semaine dernière par exemple, l’oubli de mon ordinateur aidant, j’ai lu le dernier De Vigan, le dernier Laurence Peyrin, le dernier Jean-Claude Grumberg et le roman qui a gagné le Prix des Étoiles (à ma place, je vous rappelle ;)) (je vous reparlerai de tous ces livres un peu plus tard). J’ai commencé le JK Rolling après avoir longuement hésité entre commencer le dernier Delacourt ou le dernier Bussi ou le premier Agathe Ruga ou le premier Serena Guiliano, (mais là faut pas pousser, des blogueuses qui trouvent un éditeur, ça me fait trop penser à mon propre échec en la matière). Je marche aussi beaucoup et le reste du temps, je tapisse les murs de mon bureau de post-its colorés pour construire la structure de Number Four. Ce sera mon quatrième livre, comme mes quatre fantastiques. Peut-être que cela changera tout.

-Et tu me dis de quoi ça parle?

-Non.

-Ok et sinon ?

-Et sinon ? Je suis les masterclass et les conférences qui ont lieu au salon du livre de Paris (eux, ils disent : au Salon Le Livre Paris) Cette année, je n’y suis pas allée. C’est bête parce que j’ai reçu mardi dernier une invitation pour m’y rendre. Les mecs, ils croient que tous les auteurs ne vivent qu’à Paris ou habitent à moins de deux heures de la capitale. Bref. Grâce aux podcast, j’ai eu l’immense bonheur de voir mon tortionnaire de PQLV raconter comment on faisait pour écrire un livre, deux autrices Librinoviennes raconter que pour vendre un livre il fallait exister sur IG et FB (c’est un thème récurrent chaque année, peut-être qu’ils ont des actions IG ?) et des mecs que je ne connais pas débriefer les résultats d’un sondage sur l’écriture et les français. Bref, je bouffe littérature, je respire littérature, je parle littérature. Je dois faire chier le monde avec la littérature.

-Mais, pourquoi tu écris le samedi en ce moment ?

-Beh, parce que le reste du temps je suis trop occupée avec la littérature. T’as rien compris ou quoi?

Pic by Jon Tyson on Unsplash

Publicités

6 commentaires sur “Brèves de comptoir

  1. En fin de compte , à te saouler avec mes histoires d’adoption, je te change le registre de tes pensées pour quelques minutes: ça te fait du bien non ? Dis moi que oui !
    Ça veut dire quoi la croc au sel ??? Fin Mars? 🤩
    Ou tu sais pas?

    Aimé par 1 personne

    1. Tu ne me saoules jamais et l’adoption est toujours un sujet que j’aime aborder (mais sur lequel je n’arrive absolument pas à écrire…) La croque au sel fin mars je ne sais pas trop ce que ça veut dire… peut-être que je vais l’auto-éditer direct… sans passer par aucune autre case ? Bisous

      J'aime

  2. Hahaha la chute !
    Ça tourne à l’obsession, la Littérature, mais y’a pire, comme obsession ! Et puis ça te tient l’esprit occupé, c’est bien.
    J’espère vraiment que tu seras éditée de façon plus traditionnelle, non pas que l’auto-édition soit une mauvaise chose, mais sans doute qu’être éditée plus officiellement doit faire du bien.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s