Nous nous suivions sur IG. Je ne sais pas qui a trouvé l’autre. Cela n’a sans doute aucune importance de le savoir. Par contre ce que je sais, c’est qu’elle est à l’initiative de notre rencontre. Comme souvent. Comme toujours, je serai tentée de dire, j’attends des autres le premier pas.

Publicités

Avant, j’avais peur de beaucoup de choses : des sirènes qui hurlaient alors que j’étais sagement assise à mon bureau dans la classe de CM2 de Mr Garrigues par exemple, parce que j’étais persuadée que quelqu’un de ma famille avait eu un accident, des camions qui passaient devant le portail, de rencontrer des gens inconnus, parce que que le problème des gens inconnus, c’est qu’on ne les connait pas (Marie dans Parce que la vie ne suffit pas).

Avant de le connaitre j’imaginais tout ce que je ne lui dirai pas. J’en avais fait une liste, sur l’autre blog, celui sur lequel vous allez sans rien déranger, sans rien toucher pour ne pas enlever la poussière qui s’entasse sur les meubles, mais où je vous aperçois de temps en temps, quand je regarde à travers les carreaux, il y avait alors tout un tas de phrases que je jurais mordicus, la main sur le coeur, pfffrrt (là, je viens de cracher au sol) que jamais, jamais, jamais je ne lui dirai.

À quelques minutes de la maison, il y a un centre de Thalasso. Souvent, pour aller à la plage (admirer le soleil couchant) (des fois qu’il le ferait pas le lendemain), nous passons devant. Quand nous sommes arrivés dans la région nous disions qu’une fois par trimestre nous irions nous prélasser et nous faire papouiller le dos. Las, ça faisait 6 trimestres que nous étions là, et pas une seule fois nous n’y étions allés.

À la faveur d’un cadeau d’anniversaire de GrandeChérie, elle et moi, avons enfin fait trempette. Cet article n’est pas du tout une collaboration avec le centre Bidule truc.