J’ai pincé mon nez. Mister T s’est moqué de moi. « Mais pourquoi tu bouches ton nez? » J’ai fait comme si je ne l’avais pas entendu, j’ai gonflé mes joues, sans connaître la raison non plus et je me suis enfoncée sous le niveau de l’eau.

Publicités

Ce matin là, elle avait ouvert sa penderie d’un air renfrogné. Le soleil déjà haut inondait la pièce. Il dessinait des lignes droites qui brisaient les lames du parquet et laissait présager une journée torride, comme celle de la veille, quand ils avaient terminé la soirée en flottant dans la piscine.

En culotte, les cheveux retenus par un élastique sadique, elle hésitait encore entre prendre du noir et choisir la tenue bleue qu’elle avait envie de porter.

Avant, j’avais peur de beaucoup de choses : des sirènes qui hurlaient alors que j’étais sagement assise à mon bureau dans la classe de CM2 de Mr Garrigues par exemple, parce que j’étais persuadée que quelqu’un de ma famille avait eu un accident, des camions qui passaient devant le portail, de rencontrer des gens inconnus, parce que que le problème des gens inconnus, c’est qu’on ne les connait pas (Marie dans Parce que la vie ne suffit pas).

Je n’ai jamais écrit que si j’écris, c’est pour me souvenir parce que je suis persuadée qu’un jour, j’aurais la maladie d’Alzheimer. Je n’ai jamais écrit que parfois, je parcours le blog à rebours pour revivre à nouveau les souvenirs épinglés ici, sans le stress de savoir comment ça va se terminer, parce que je connais déjà la fin.

Comme plusieurs blogueuses l’ont fait avant moi en ce début d’année 2018, j’avais envie de vous proposer la liste des blogs sur lesquels je traine (sans doute un peu trop souvent). Je ne vais pas vous cacher qu’il s’agit là d’une tentative de publier quelque chose alors que je n’ai pas vraiment d’idées à vous partager, si ce n’est l’histoire du magasin de chaussures de Notting Hill, ma gastro du samedi soir (à Notting Hill) (oui, je sais il y a plus glamour) (ou comment te saboter un week-end avec ton amoureux en trois leçons) ou encore  vis ma vie d’auteur (qu’en est pas un) ou bien ma tentative (que je ne dirais pas « vaine »de trouver des gens à qui en parler (pour me faire avancer).