Énorme défection dans les rangs cette semaine. Vous aviez d’autres chats à fouetter, il faut croire. Je me suis demandée si je laissais un peu de temps aux retardataires, et puis j’ai pensé que non. Je suis la méchante prof aujourd’hui.

Publicités

Hier soir nous fêtions le bac de PetiteChérie. Je ne sais pas vraiment si je peux encore l’appeler comme ça. Elle va dire que oui, mais franchement, je ne sais pas. L’année prochaine elle ira grossir les rangs des étudiants toulousains et Parcours Sup n’y sera pour rien. Elle ne le devra qu’à son courage, son travail et sans doute, son talent à regarder les gens différemment. Merci à vous toutes qui avez pris de ses nouvelles et avez envoyé des bouteilles de champagne, des cotillons, des ballons et des cachets de citrate de bétaïne.

Inventaire du week-end : des courses en amoureux, des repas d’été bricolés à 8 mains, une longue marche sur la plage, des jeux anciens en bois, de la force basque, des fanions sur le pont, la guinguette du jardin, une cave à écoper, des dédicaces griffonnées avec amour, une insomnie, un feu d’artifice, de la méditation avec ChériChéri (comme quoi, tout peut arriver!), un chapeau de paille, des éclairs et du tonnerre, du sable entre mes orteils, un café sur la jetée, un match par procuration, deux petits garçons dans la piscine, une déception, une promenade le long de l’Adour.

Esker Milak à mes nouveaux abonnés et à mes anciens aussi. (Ah au fait, pour celles que ça intéresse, c’est le dernier jour aujourd’hui de la vente de Parce que la vie ne suffit pas à 1,99 euros, demain il augmente (comme le gaz et les cigarettes)