Dernièrement, je papotais au téléphone avec une auteure indépendante (comprenez : qui comme moi n’a pas trouvé de maison d’édition). On a comparé nos parcours, nos chiffres et nos stats (j’ai beaucoup plus d’enfants qu’elle) (4 fois plus en fait)(et les miens sont beaucoup plus vieux). Elle parle sans accent (et super bien), ce qui n’est pas mon cas.

Publicités

Vendredi matin je suis allée à l’aqua gym. Il était 7h30 quand je me suis réveillée et, pour la première fois depuis le début du printemps,  un soleil radieux inondait mon lit. C’était un heureux présage pour une journée de fin de semaine/début de week-end qui allait commencer par une séance d’aquagym.  Deux heures plus tard, je me suis retrouvée dans l’eau. Nous avions choisi cet horaire pour de sombres raisons d’ouverture de salon de coiffure en fin d’après midi où je pensais être d’une grande aide (ce qui n’a pas été le cas). D’ordinaire nous allons aquatrucquer en fin d’après-midi. Un tel changement d’horaire incluait quelques dommages collatéraux du plus haut intérêt pour l’existence de ce blog.

MOT D’EXCUSE : je n’ai pas encore corrigé vos copies. La correction définitive sera en ligne demain. En attendant les retardataires peuvent encore les faire. Et merci pour vos avis avisés en ce qui concerne le jour de parution des devoirs. Message personnel : je ne peux plus mettre deux articles le même jour, même si je l’ai déjà fait, il parait que je publie trop. Alors deux articles le même jour, il ne faut pas y penser!

Donc, voilà le vendredi confession qui tombait un lundi, mais qui n’a rien à voir avec celui qui devait paraitre vendredi. Les têtes en l’air vont croire qu’ils ne sont plus qu’à quelques heures du week-end. Les pauvres.