Mai a fait ce qu’il a voulu

Je crois bien que c’est Mai qui a fait ce qu’il a voulu de moi et non l’inverse. Il a effacé le soleil d’Akumal à coup de nuages gris au dessus de nos têtes, il a rangé mes tenues légères pour que j’enfile à nouveau ma couverture et mes pulls informes d’avoir déjà été trop portés. Mai m’a fait regarder la vie au travers de gouttelettes fracassées sur la terrasse.

Mai nous a embarqué avec lui quand il accélérait la course nous faisant enchainer rendez-vous très importants sur rendez-vous très importants. Que de nouveautés pour ce mois de mai : un voyage au loin, des sorciers mayas, des avions en tous genres et des horaires si peu respectés, une école visitée, une cuisine posée, des moments partagés, une ou deux contrariétés, et toujours à ma fenêtre des gouttes de pluie.

Ce mois-ci les cinq articles que vous avez préférés sont :

  1. Attraper les calamars
  2. Les 20 trucs rigolos à faire en amoureux
  3. Horchata de arroz
  4. Moi, j’aime bien la pluie
  5. Et alors?

Voilà donc pour les cinq moments de la vie virtuelle et pour ceux de la vraie vie il y a

  1. Ce moment, au petit matin, où j’ai posé mes fesses derrière le volant, que j’ai descendu la fenêtre pour l’embrasser. Ce moment où j’ai passé la marche arrière, que je lui ai fait un signe de la main et qu’il a suivi la voiture des yeux.
  2. Le moment où on a enfin pu s’enregistrer à Cancun après une petite peur. Lire dans les yeux de mon JoliPetitCoeur un soulagement : on va pouvoir rentrer à la maison.
  3. La visite de la nouvelle école et son soulagement encore, le voir courir seul dans la cour en suivant les tracés des terrains de basket.
  4. Des choses bassement terre à terre comme lire les notes de mes trois derniers enfants, voir des avancées dans les carrières des pièces rapportées si chères à mon coeur, l’écouter me raconter son stage, la regarder prendre des photos d’éclairs toutes plus belles les unes que les autres, regarder une pub, marcher en lui donnant la main, sourire quand il me demande si j’aurais cru que trente ans après nous le ferions encore.
  5. L’espoir pour ses yeux.Et même, se dire que ce n’est pas grave, l’important est qu’il soit là, tel qu’il est.

Juin quand à lui commence au ralenti. Par la force des choses. Il commence sous le ciel gris de Toulouse d’où je regarde l’immeuble posé en face de ma fenêtre. Juin commence sous la pluie et dans le silence endormi de l’anesthésie générale. Je m’amuse à regarder les gens se mettre à courir de façon inattendue, je vois les parapluies qui se retournent dans le vent et les petits pieds qui trainent pour pouvoir mieux sauter de flaque en flaque.Je guette un mot de sa part. `

Juin est long.

Espérons qu’il nous donne l’occasion de danser sur la plage.

Les 20 trucs rigolos à faire en amoureux

Ce n’est pas moi qui ai trouvé ces 20 idées de dingues à faire avec son amoureux. Nous en avons fait d’autres, comme créer une famille (comment ça ce n’est pas un truc de dingue), se marier alors que ce n’était plus du tout mais alors plus du tout à la mode (en blanc en plus), être encore ensemble au bout de (ah oui, tout ça), se rendre compte que Dame Cigogne avait fait naître notre dernier poussin à l’autre bout du monde.

Je sais bien que vous avez aussi fait ce genre de choses incroyables, mais celles qui suivent, les avez-vous réalisées?

Pour ces trucs là, l’histoire ne précise pas l’âge que doivent avoir les amoureux pour les réaliser et c’est ce qui me plait: retomber en enfance comme diraient mes enfants. Enfin,le dernier surtout, qui du haut de ses huit ans me dit que parfois « mais,c’est les enfants qui font ça et toi t’es plus une enfant ». »Ah bon? » « Non tu as un portable! ». (Mon dieu pourvu qu’il n’apprenne jamais que sa cousine qui a trois semaines de plus que lui en possède un aussi).

En toute franchise, s’il y en a quelques uns que je ne ferai jamais, il y en a que ChériChéri et moi avons déjà faits.

Devinez lesquels…

1.Essayez de rendre visite au plus de gens différents possible le temps d’une soirée, et retournez à l’envers le plus de choses que vous pouvez dans leur maison, sans qu’ils s’en rendent compte.

2. Faites semblant que vous ne vous connaissez pas, puis allez dans un bar branché et dites-vous à voix haute les phrases de drague les plus nulles que vous puissiez trouver. Faites comme si ça avait marché et embrassez-vous.

3. Créez de fausses preuves photos pour faire croire à votre entourage que vous avez vécu une aventure qui ne s’est jamais produite.

4. Faites une sortie en voiture sans savoir où vous allez. Vous n’avez le droit de tourner que vers la droite. Quand vous vous retrouvez bloqués, faites demi-tour et continuez, cette fois vous n’avez le droit de tourner que vers la gauche. Répétez l’opération jusqu’à ce que vous trouviez quelque chose d’intéressant. Prenez des photos en chemin !

5. Construisez des châteaux avec des meubles, coussins et couvertures, puis déclarez-vous la guerre à coup d’avions en papier.

6. Allez dans un grand magasin de livres ou dans une bibliothèque, et laissez des petits messages aux futurs lecteurs dans vos livres préférés.

7. Écrivez une histoire fictive ensemble, une pièce de théâtre ou encore le scénario d’un film. Faites cela dehors, à la terrasse d’un café. Quand vous êtes bloqués, demandez des conseils à de parfaits inconnus.

8. Partez en randonnée quelque part, et tous les quinze mètres, dessinez une flèche à la craie, pour piquer la curiosité des futurs passants. A la fin du parcours que vous avez ainsi créé, laissez simplement… une grosse pile de craies.

9. Faites ensemble le plus gros piège à touriste de l’endroit où vous vivez—un truc vraiment bidon que vous avez toujours rêvé de faire sans oser l’avouer. ֤Éclatez-vous !

10. Jouez à cache-cache dans un parc

11. Avec un appareil photo et une paire de bottes, faites un roman-photo d’une journée dans la peau de l’homme invisible.

12. Baladez-vous dans la ville toute la nuit, et cherchez ensemble un endroit pour manger un petit déjeuner dès les premiers rayons du soleil.

13. Faites une sortie en voiture en bandant les yeux du passager, et en demandant à ce dernier de décider au hasard des directions à prendre. Découvrez où cela vous emmène…

14. Déguisez-vous en pirates, prenez le commandement des chariots du supermarché, puis faites une bataille impitoyable sur le parking

15. Partez à la recherche de bons arbres à escalader, trouvez-en le plus possible et grimpez le plus haut que vous pouvez dans chacun d’entre eux. Prenez des photos pour avoir des preuves de vos exploits.

16. Louez un film que vous n’avez tous les deux jamais vu (vous pouvez le choisir au hasard). Coupez le son et improvisez le dialogue.

17. Habillez-vous en superhéros et essayez d’arrêter au moins un petit  crime (piéton qui traverse au rouge, personne qui jette un papier par terre…)

18. Allez à l’aéroport, prenez le premier billet venu, le moins cher, pour n’importe quelle destination. Restez là-bas pour un weekend.

19. Promenez-vous en ville et faites des mini-scènes muettes devant les caméras de sécurité.

20. Au beau milieu de la nuit, prenez la voiture pour partir à la plage, pour arriver juste au moment du lever du soleil. Prenez un petit-déjeuner pique-nique,  puis endormez-vous  ensemble sur le sable. N’oubliez pas d’emporter un parasol…

Maintenant, il faut que je choisisse ce que nous allons faire… Et vous que choisissez-vous de réaliser ? Je relève les copies dimanche matin.

La photo n’a rien à voir avec l’article ? Ah oui.

Moi, j’aime bien la pluie

Pourquoi j’aime bien la pluie :

pour qu’elle hydrate ma peau quand je regarde l’océan (et vu le teint des anglaises ce doit être vrai cette histoire que la pluie c’est bon pour le teint.)

parce qu’elle permet de lancer des cailloux qui font ploc dans les flaques

parce que j’aime sauter dans les flaques, et j’aime ce sursaut, cette envie de dire à JoliPetitCoeur « non » quand il s’apprête à le faire.

pour cette joie quand enfin on trouve un endroit où s’abriter.

pour le rire qui souvent nous prend quand, abrité on se rend compte qu’on est trempé.

regarder les insectes inventer tout un tas de stratagèmes pour contourner ou utiliser l’eau tombée

pour regarder les gens se mettre à courir, saisis d’une frénésie insoupçonnée quelques minutes avant

papoter avec un(e) inconnu(e) abrité(e) sous la même toile tendue que nous, se trouver des points communs (les fringues détrempées) alors que sans la pluie on ne se serait pas regardé.

parce qu’elle donne la « même couleur au pays tendrement »,  ce vert croquant, presque acidulé qui va des chemins, aux parcours de golf, aux prairies. D’ailleurs il parait qu’il ne pleut pas au Pays Basque, « il fait vert ».

pour regarder un film et déguster un thé chaud, ou froid

pour mettre mes bottes en caoutchouc  et chanter

pour l’odeur du bitume chaud après l’averse,

parce qu’elle fait pousser les fleurs,

Alors on m’a dit : ça tombe bien que tu aimes la pluie…

Et vous, aimez-vous la pluie?

 

Rebelle

Je n’ai jamais été quelqu’un de précoce. Mis à part, peut-être, au niveau de la lecture. Il faut dire que j’avais conscience qu’on me mentait sur le programme télé. Et des ambitions : décider de ce que la famille regarderait le soir. Ça n’a jamais fonctionné bien que j’ai appris à lire sur Télé 7 jours.

Je n’ai jamais été précoce. Il n’y a qu’à voir : je pense que j’ai été la dernière personne au monde à visionner Titanic, j’ai mis jusqu’à il y a quelques mois pour avoir Facebook, et j’ai eu un Instagram vachement plus tard que la plupart des blogueuses. Je ne suis pas sur Snapchat et n’y serai jamais, je préfère laisser un espace libre à mes enfants.

Aujourd’hui, c’est justement d’IG que je voudrais vous parler . Vous expliquer un peu, car en ce moment j’ai une recrudescence d’abonnement à mon profil et, je sens que si je ne m’explique pas, je vais aussi avoir une flopée de désabonnements dans la foulée.

Au début d’ IG, l’idée était de partager des images d’instantanés. J’ai surfé sur l’idée de partager des instants du quotidien, raconter une histoire (encore) sans mots, juste grâce à ce cadrage qui me plaisait bien, le carré. Petit à petit le système s’est corrompu. Je ne sais pas vraiment qui a fait que. Ni même pourquoi. La mise en scène, le système du beau, la lumière se sont imposés comme étant les véritables sujets des images postées. Je mentirai si je disais que je n’y ai pas succombé… mais je n’ai pas réussi (peut-être que si j’avais réussi, mon discours aujourd’hui serait différent). Je comprends parfaitement cette recherche esthétique, les poses qui sont prises, la lumière et la ligne éditoriale qui régit bon nombre de compte instagram que je suis (de follow et pas de be), mais la plupart du temps il me manque l’essentiel : l’instant, la vérité.

Alors voilà, comme dirait l’autre, je fais ma rebelle. Sur mon IG il n’y a pas de travail sur la lumière, très peu sur le cadrage, je ne trafique, ni ne retouche  plus et la plupart du temps je préfère mes images quand  « normal » s’affiche, même si parfois j’appuie sur « Reyes ». Je ne me pose pas de question à savoir si je dois poster cette image ou pas. Pas de tags non plus, à part ceux que j’ai créés et qui ne correspondent à personne d’autre, #mercipapitou par exemple, à qui d’autre pourrait-il correspondre ? Mes images sont normales et sans doute, absolument pas instagrammables pour nombre de gens.

 

ecc81toile

 

Horchata de arroz

Là-bas, à Akumal, nous avons découvert l’eau de riz (agua de arroz ou horchata). Franchement, c’est le truc type que jamais je n’aurais acheté de moi même. A une époque j’avais tenté le lait d’amandes, mais je n’avais pas aimé son goût dans mon café, j’ai laissé tomber l’affaire.

Sur la grande table du buffet pour le déjeuner ce jour là, on avait troqué les margaritas contre de la Horchata de arroz. Il faut dire que le soleil tapait fort et que les corps se trainaient du camastro à la piscine avec une langueur à nulle autre pareille. Il faut dire aussi que le soleil donnait des hallucinations à certains, leur faisant croire qu’un rocher s’était transformé en raie géante. Il faut dire que les pélicans avaient renoncé à venir nous rendre leurs hommages et préféraient rester au frais.

ChériChéri m’ a offert un verre de cette boisson blanchâtre en me disant que j’allais adorer. J’ai tordu le nez (j’ai un peu de difficulté en ce moment avec la nouveauté), regardé JoliPetitCOeur qui avalait goulument son troisième verre en laissant apparaître de magnifiques moustaches blanches sur sa lèvre supérieure. Avant de porter le verre à mes lèvres, je lui ai d’abord demandé si ça piquait. Il m’a regardé en souriant. « Non » m’a t-il sobrement répondu.

Le goût était assez agréable, indéfini, avec une pointe de cannelle. J’ouvrais un nouveau tiroir du goût dans mon cerveau pour y ranger la nouveauté. Bizarrement,  j’ai eu l’impression que la boisson faisait du bien à mon corps tout au long de sa descente. Il faut dire que là-bas tout est trop épicé pour mes pauvres intestins, mon gastro, si je lui racontais serait vert, mais je ne lui dirais pas, je n’ai aucune intention d’aller le voir (l’avantage c’est que j’ai perdu trois kilos là où je pensais que je ne les perdrais jamais, vous connaissez ces foutus trois kilos qui s’incrustent et qui font des petits?)

En rentrant de ce séjour bien agréable, PetiteChérie et moi sommes allées faire les courses, nous étions atteints du syndrome du frigo vide. En sillonnant les allées, j’ai bien entendu attrapé une brique d’eau de riz sous son regard étonné, puis j’ai concocté la même boisson que là-bas (horchata + cannelle + sucre), puis une autre avec de l’ananas mixé et à nouveau une autre avec des fraises. Le verdict a été unanime : délicieux, frais et léger. ChériChéri m’a gratifié d’un « si on l’avait bu là-bas on aurait applaudi en disant Merci Carlos ».

Samedi en faisant (encore) les courses, PetiteChérie a attrapé la brique et l’a glissée dans le caddie. Merci Carlos!

La recette:

Acheter de l’eau de riz (bio, c’est mieux), mixer avec des fruits (ananas, bananes, fraises…) moi je n’ai pas rajouté de sucre (et pas de piment d’Espelette non plus) puis nous avons siroté en regardant la pluie tomber.

Ps: vous ai-je déjà dit que j’avais de la chance que PetiteChérie qui n’est plus si petite que ça vienne encore faire les courses du samedi avec moi?

ecc81toile

 

Attraper les calamars

Depuis quelques jours, des zombies et des calamars (?) se cachent sous le lit de JoliPetitCoeur. Ils arrivent dès que je lui ai fait le dernier bisou, que le bruit de mes pas s’est assourdi et que j’ai posé mes fesses sur le canapé. Parfois ils attendent un peu. Que la nuit noire se soit introduite dans la maison et que nos souffles soient bien accordés dans le sommeil. Je peux vous assurer d’une chose : ils sont vachement doués les zombies et les calamars, parce que depuis que nous squattons chez #mercipapitou, le matelas de mon petit loup est posé au sol.

« Dis maman c’est méchant les calamars? / Heu, non pourquoi ?/ Parce que ça me fait peur/ Un calamar c’est à peu près grand comme ça (exagération maternelle montrant à peine un centimètre) et ça meurt dès qu’on les sort de l’eau (hein que ça meurt?)/ oui mais s’ils veulent me manger?/ Mais non, mon coeur, c’est toi qui les manges tu sais nous on appelle ça des chipirons (txipirones)/ Oui mais s’ils m’attrapent les pieds, et s’ils me mangent et si disparait dans leurs tentacules et si et si. »

D’Akumal, nous avons ramené des attrape-rêve. Il faut dire que là bas il est assez difficile de passer au travers. Ils sont partout, à chaque coin de rue il y a une Tienda qui en vend. (ça, les croix décorées, les Catrina et Frida Khalo) Les attrape-rêve, c’est ce que j’ai choisi de ramener à mes filles.Vous ne voyez pas le rapport entre les attrapes rêves et les calamars?

C’est quoi maman un attrape rêve ?/ C’est un joli objet qui permet d’attraper les cauchemars, voire les calamars/ Et pourquoi, moi j’en ai pas. Moi j’ai peur (sa lèvre inférieure tressaute)

On a alors accroché juste au dessus de son lit un petit accroche -coeur qui m’avait été offert à la boda (la noce) et qui a été béni par le chaman. Et ce matin ?

Maman, personne il est venu dans mon lit cette nuit. Mais encore heureux mon chat, les mauvais rêves restent accrochés dans la toile et les jolis glissent doucement en suivant les plumes.

 

 

La liste de mes envies

Une petite liste de mes envies pour aujourd’hui. Mon inspiration en ce moment est mise à profit pour les cours que j’ai repris. Après un premier travail que le prof a particulièrement aimé, un deuxième fait à l’arrache à Akumal pour lequel j’attends la sentence, me voilà aux prises avec un troisième (oui le rythme est soutenu) qui me donne du fil à retordre. Alors une petite liste ça ne peut faire de mal à personne.

Démarrer un carnet de voyage : C’est le truc idiot qui me prend quand je rentre de voyage. Je me souviens d’un carnet de voyage que j’avais réalisé quand les enfants étaient petits et que nous adorons regarder.

Démarrer un carnet des petits changements : Le problème essentiel étant de voir ces petits changements.Vous ai-je déjà dit que j’adore les carnets?

Manger Healthy : C’est un peu le truc du moment. Sans être un ayatollah de la nourriture, j’aimerais manger plus sain, et accessoirement conserver les 3 kilos que j’ai perdus. J’ai remplacé par le sel par du Gomasio, la crème de vinaigre balsamique par du vinaigre de cidre et surtout, j’ai arrêté le coca depuis trois semaines.

Jouer à des jeux de société sans râler au préalable : Rien à dire…

Créer un Baiona team energy : A l’image de celui créé par Céline et Marjoliemaman sur Wonderfull Breizh, sauf que là, ce serait encore le Agen Team énergy.

Aller voir l’océan

Faire autre chose que regarder les catalogues de déco : genre passer à la déco de la maison.Mais bon, apparemment ce n’est pas pour tout de suite. Mon idée d’y être fin juin c’est envolée, je parie maintenant sur le 14 juillet. Laissez-moi rêver!

Recommencer à faire mes petits films : A la demande express de JoliPetitCoeur mais aussi parce que j’aime bien les regarder à nouveau. Il faudrait vraiment que je m’y remette. Que déjà je fasse celui de 2015 qui n’a pas été fait et peut être un autre de notre voyage à Akumal ?

Mettre mes jolies tenues : Il m’est arrivé un truc super chouette dans la vie d’une fille. Nous avons donc déménagé et toutes nos affaires sont encore en cartons au garde meubles en attendant de pouvoir emménager dans notre nouveau chez nous. Et dans les cartons il y avait quoi? Les tenues d’été! Et nous sommes partis où? Au Mexique. Et on s’habille comment au Mexique? En tenues d’été! Pour la première fois de ma vie et sans doute aussi la seule, j’ai dû acheter toute une garde robe pour tenir 10 jours sans avoir à faire de machines à laver. Des shorts, robes, des pantalons, des blouses, liquettes, tee-shirt, top, chaussures, chapeaux, maillots de bains, bref la totale. J’aimerais bien arriver à les remettre….

Revenir ici et cocher les envies que j’aurais réaliser : oui, continuer à rêver quoi!

Et vous quelles sont vos envies du moment ?

étoile